Technologie

  • Recherche de données sur le web: « 10 conseils pour … Recherche de données sur le web: « 10 conseils pour ...

    Internet offre un tremplin idéal pour la cueillette d’informations. Toutefois, l’enjeu réside dans la quantité de données disponibles qui se révèle comme un véritable labyrinthe pour les journalistes. Comment faire pour gagner du temps face à ces millions de résultats apparus sur l’écran ?

    Lors d’un atelier de journalisme tenu en avril 2019 au Mexique, María Teresa Ronderos, experte en journalisme d’investigation, a expliqué comment alléger cette préoccupation.

    Voilà ses « 10 conseils pour rechercher efficacement et rapidement sur Internet » :

    1- Si l’on met la phrase « migrants vénézuéliens », 20 400 000 résultats apparaîtront en 58 secondes car cela prendra toutes les pages où ces deux mots existent, mais si nous l’écrivons entre guillemets, la recherche sera réduite à 1 740 000 résultats car elle ne couvrira que les sites où les mots « migrants vénézuéliens » apparaissent ensemble.

    2- Encore plus : si le terme « Allintitle » est précédé de « migrants vénézuéliens », Google ne rapportera que 985 résultats (c’est-à-dire ceux qui ont cette phrase dans le titre), il est donc déjà humainement possible de les examiner un par un.

    3- En outre, il peut être délimité par type de document en ajoutant site.org, filetype : pdf, filetype : xls ou site : iom.int/en filetype : pdf.

    4- Pour élargir la recherche, vous pouvez mettre « migrants vénézuéliens » ET « réfugiés », ou « migrants vénézuéliens » OU « migrants haïtiens » pour avoir deux options ou même plus.

    5- Les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook sont également d’excellents outils pour compléter les histoires. Vous pouvez rechercher directement sur la page Twitter (lorsque vous avez un compte), ou via Google en mettant la phrase “insite : twitter.com” ou “site : Facebook.com”.

    6- Sur Facebook, vous pouvez trouver des groupes de migrants et des événements qu’ils programment, ou des étiquettes avec l’utilisation du symbole #.

    7- Pour localiser la photo originale d’une image utilisée sur Internet, vous pouvez cliquer avec le bouton gauche sur l’image, copier le lien et la rechercher dans Prepostseo. Cette plate-forme fournit des résultats de Yandex, Bing et Google, avec des suggestions d’images similaires.

    8- Pour les recherches géographiques, Bing MapsGoogle Earth Pro et HERE WeGo sont recommandés pour des photos satellites plus récentes.

    9- Pour vérifier l’authenticité des vidéos sur YouTube, utilisez le site Citizen Evidence.

    10- Si vous voulez rechercher des pages qui n’existent plus, vous pouvez utiliser la page Wayback Machine qui propose d’explorer plus de 351 000 millions de pages Web archivées au fil du temps.

    Loop Haiti

    Continue reading → Internet offre un tremplin idéal pour la cueillette d’informations. Toutefois, l’enjeu réside dans la quantité de données disponibles qui se révèle comme un véritable labyrinthe pour les journalistes. Comment faire pour gagner du temps face à ces millions de résultats apparus sur l’écran ? Lors d’un atelier de journalisme tenu en avril 2019 au Mexique, María Teresa Ronderos, experte ...
  • Sommet International des Femmes du Numérique Sommet International des Femmes du Numérique

    L’Hôtel Montana (Port-au-Prince) accueille ce vendredi 13 décembre, la 3ème Édition du Sommet International des Femmes du Numérique (SIFNU), le plus grand événement technologique au féminin jamais organisé en Haïti, qui réuni des intervenantes d’Europe, d’Amérique Latine, d’Afrique et de la Caraïbe en présence de femmes passionnées de la technologie, de jeunes leaders évoluant dans le domaine, d’influenceurs dans l’écosystème entrepreneurial caribéen, de décideurs et d’élèves à ce rendez-vous devenu incontournable.

    Ce sommet, sous l’égide de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti (CCFEH), organisé à l’intention des femmes du numérique, vise à mettre en avant leur créativité et à favoriser leur autonomisation. Il entend également souligner l’importance de ce secteur dans le développement de l’entreprenariat féminin en Haïti.

    Durant cette journée, 7 ateliers et autant d’orateurs s’articuleront autour du thème « La technologie au service du numérique ». Débats autour des avancées technologiques, expositions de prototypes réalisés par des femmes développeuses seront également au programme.

    Rappelons que la première Édition s’est déroulée à l’hôtel El Rancho les 15 et 16 mai 2017

    Continue reading → L’Hôtel Montana (Port-au-Prince) accueille ce vendredi 13 décembre, la 3ème Édition du Sommet International des Femmes du Numérique (SIFNU), le plus grand événement technologique au féminin jamais organisé en Haïti, qui réuni des intervenantes d’Europe, d’Amérique Latine, d’Afrique et de la Caraïbe en présence de femmes passionnées de la technologie, de jeunes leaders évoluant dans ...
  • Les lunettes Apple se confirment pour 2020 Les lunettes Apple se confirment pour 2020

    On évoquait un casque, mais Apple devrait finalement lancer des lunettes connectées en 2020. À terme, la firme envisagerait même qu’elles remplacent l’iPhone au quotidien.

    Apple s’apprêterait bien à lancer ses propres lunettes de réalité augmentée en 2020, selon de nouvelles informations publiées par Bloomberg. Ces informations viennent confirmer celles de Ming-Chi Kuo, un analyste réputé, qui les avait annoncées pour le deuxième trimestre 2020.

    Ces lunettes, baptisées « Apple AR Glasses » en attendant un nom officiel, rappellent les Google Glass et intégreront un affichage holographique. Elles pourront être synchronisées avec un iPhone pour afficher par-dessus le monde réel les messages, e-mails, les cartes de l’appli Maps ou encore les jeux vidéo.

    Les lunettes pourraient remplacer un jour l’iPhone

    Apple réfléchit à créer un App Store spécifique à ses nouvelles lunettes, à l’instar de ceux qui existent déjà pour iPhone, Mac, Apple Watch ou encore Apple TV. La firme recruterait actuellement des graphistes et développeurs de jeux afin d’en faire une référence dans une nouvelle catégorie de produits, et peut-être un jour le successeur de l’iPhone. Ces lunettes risquent toutefois de devoir faire face à une certaine concurrence, avec des produits similaires en cours de développement chez Facebook et Amazon.

    Le site a également publié de nouvelles informations sur le prochain iPhone, qui sera compatible 5G. Il embarquera également un processeur plus puissant, et un appareil photo 3D à l’arrière. Ce dernier confirme l’intérêt d’Apple pour la réalité augmentée, puisqu’il permettra notamment de mieux placer les objets virtuels par-dessus le monde réel dans les applications de réalité augmentée.


    POUR EN SAVOIR PLUS

    Apple : un casque de réalité virtuelle lié à l’iPhone en 2020 ?

    Apple a déposé un brevet pour un casque qui combinerait réalité augmentée et l’interface tactile de l’iPhone.

    Alors que Microsoft a créé l’événement au Mobile World Congress 2019 avec son Hololens 2, Apple a déposé jeudi un brevet portant sur l’utilisation combinée d’un casque de réalité virtuelle et d’un iPhone. Contrairement au Samsung Gear VR qui place le smartphone à l’intérieur même du casque, le projet d’Apple serait d’utiliser l’iPhone comme d’une commande en profitant de l’interface tactile.

    Sur les croquis, l’utilisateur tient son smartphone dans la main ;  ce serait le moyen choisi pour interagir avec l’environnement virtuel projeté à l’intérieur du casque. Le but ne serait pas de présenter dans l’écran des images en provenance de l’iPhone, comme le laissait supposer un brevet déposé en 2015 où l’iPhone venait se loger dans le casque. 

    L'iPhone ne viendra pas se placer dans le casque mais servira de contrôleur sans fil © Patently Apple

    L’iPhone ne viendra pas se placer dans le casque mais servira de contrôleur sans fil © Patently Apple 

    Où classer ce projet ?

    Ce nouveau brevet découvert par Patently Apple vient confirmer les informations de Cnet.com qui laisse entendre qu’un tel produit serait prévu pour 2020. Comme souvent, Apple attendrait que la concurrence essuie les plâtres avant de débarquer avec un modèle plus grand public et intuitif. Actuellement, les casques de réalité virtuelle se comptent sur les doigts des deux mains.

    Il y a les casques « vides » — comme le Samsung Gear VR ou le Google Daydream qui ne coûtent que quelques dizaines d’euros pour accueillir des smartphones bien précis –, il y a aussi les casques d’immersion totale comme le HTC Vive ou l’Oculus Rift qui peuvent dépasser les 1.000 euros, ou encore les simples lunettes connectées.

    Enfin, il y a le Magic Leap qui, comme le projet d’Apple, combine grosses lunettes de réalité virtuelle avec un contrôleur sans fil. C’est sans doute dans cette catégorie que se place le projet d’Apple, mais cela en ferait un produit très cher : plusieurs milliers d’euros. Comme pour la concurrence, la question du contenu sera très importante, et il s’agira de convaincre les développeurs avant les clients. Mais Apple a l’habitude de faire le plein d’applications avant de lancer un produit. On peut supposer que ce casque débarquera avec une foule d’utilisations possibles.

    Publié par Fabrice Auclert

    Futura Tech

    Continue reading → On évoquait un casque, mais Apple devrait finalement lancer des lunettes connectées en 2020. À terme, la firme envisagerait même qu’elles remplacent l’iPhone au quotidien. Apple s’apprêterait bien à lancer ses propres lunettes de réalité augmentée en 2020, selon de nouvelles informations publiées par Bloomberg. Ces informations viennent confirmer celles de Ming-Chi Kuo, un analyste réputé, qui les ...
  • Des technologies numériques qui transforment … Des technologies numériques qui transforment ...

    Dans une chronique en date du 8 avril 2019 (1), nous avons fait état des opportunités qu’Haïti pourrait tirer de l’économie numérique. L’usage répandu des Nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) a eu un impact important sur tous les secteurs économiques à travers le monde. Les technologies numériques deviennent le facteur de productivité par excellence, donc un enjeu de croissance et de développement économiques.

    Participant au symposium organisé le 21 décembre 2018 par le Conseil national des télécommunications (Conatel), nous avons exploré les opportunités, enjeux et défis de l’économie numérique pour Haïti, en particulier des télécoms et des NTIC. Hal Varian (2016), auteur de manuels de théorie microéconomique et économiste en chef à Google, expose cinq grands moyens par lesquels les technologies numériques transformeront les activités économiques. La banque du Canada les a reprises dans une de ses publications (2). En voici un extrait :

    1. Collecte et analyse de données : Les entreprises seront en mesure de recueillir de grande quantité d’informations sur les préférences des clients et de s’en servir pour prévoir leur comportement et améliorer la prestation de services.

    2. Personnalisation : Les entreprises pourront fournir des produits et services conçus sur mesure. Les clients comptent vivre une expérience simplifiée et s’attendent à ce que les commerçants possèdent les renseignements pertinents sur leur historique d’achats, leurs préférences de facturation, leur adresse de livraison, entre autres.

    3. Expérimentation et amélioration continue : Les entreprises seront à même d’exploiter de grands ensembles de données et de puissants algorithmes de prévision pour automatiser leurs systèmes et éclairer leurs décisions concernant la production et l’affectation des ressources.

    4. Innovation en passation de contrats : Les entreprises et les clients pourront suivre, surveiller et vérifier les activités exécutées par les autres parties aux contrats, ce qui facilitera de nouveaux types de transactions économiques telles que le service de transport accessible par application mobile, la monnaie électronique et le grand livre partagé.

    5. Coordination et communication : Les outils de communication, à travers les logiciels de partage de fichiers, les vidéoconférences et les appareils mobiles sans fil, permettront aux gens et aux ressources d’interagir avec une flexibilité accrue, peu importe où ils se trouvent. Les entreprises parviendront plus facilement à offrir leurs produits et services sur les marchés.

    L’ensemble de ces transformations pousse certains auteurs à parler d’une révolution de la gestion engendrée par l’avènement du numérique. L’explosion récente des données numériques a une importance cruciale. Les gestionnaires, privés ou publics, peuvent mesurer, évaluer, savoir davantage sur leurs activités et traduire ces connaissances en une prise de décision et une performance améliorées.

    Apprendre à exploiter de nouveaux flux d’informations peut radicalement améliorer la performance des entreprises et des institutions publiques. Mais cela doi td’abord passer par un changement de culture de prise de décision. Par exemple, à partir des achats en ligne, un entrepreneur peut suivre ce que les clients ont acheté et ce qu’ils ont regardé, autrement dit leurs préférences. Il peut analyser la façon dont les clients ont navigué à travers le magasin ou le site Internet, à quel point ils ont été influencés par les promotions, les critiques et les similitudes entre les influenceurs.

    Avec l’analyse des données sur leurs clients, les librairies développent des modèles pour prédire quels livres les clients voudraient lire. Il ne fait donc aucun doute que l’utilisation de ces données massives (Big Data) a le potentiel de transformer la gestion des entreprises.

    Qu’en est-il de la gestion de l’État ?

    On ne peut pas gérer ce que l’on ne mesure pas, aiment répéter les statisticiens et économètres. Les technologies numériques permettent de mieux mesurer, donc de gérer plus efficacement. On peut faire de meilleures prévisions et prendre des décisions plus intelligentes. Au niveau de l’État, on peut cibler des interventions plus efficaces et on peut le faire dans des domaines jusqu’ici dominés par l’intuition plutôt que par les données, les modèles et la rigueur.

    À mesure que les outils et la philosophie du « Big Data » se répandront, ils modifieront les idées de longue date sur la valeur de l’expérience, la nature de l’expertise et la pratique de la gestion. Les données montrent que les décisions basées sur les données sont bien meilleures. L’utilisation de « Big Data » permet aux gestionnaires de décider sur la base d’évidences statistiques plutôt que sur de simples intuitions.

    Par exemple, la firme américaine Target a prédi la grossesse d’une adolescente aux États-Unis bien avant que ses parents ne s’en aperçoivent. Elle a commencé par envoyer des promotions d’articles pour bébés à la jeune fille. Son père, outré, ne savait même pas encore qu’elle était enceinte. Juste pour vous donner une idée de la justesse de prévision, faite à partir de simples données de consommation d’un client.

    Plus les entreprises fondent leurs décisions sur la base de données, mieux elles prennent des mesures objectives et aboutissent à des résultats financiers et opérationnels. Les entreprises se trouvant dans le tiers supérieur de leur industrie, utilisant la prise de décision axée sur les données, étaient, en moyenne, 5 % plus productives et 6% plus rentables que leurs concurrents, selon une étude réalisée par Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson publiée dans la revue Harvard Business Review en 2012. Cette différence de résultats demeure robuste à la prise en compte des contributions du travail, du capital, des services achetés et des investissements informatiques dans la rentabilité des entreprises.

    L’amélioration de la capacité de prévision occasionnée par l’avènement du numérique conduit également à une augmentation de l’efficacité des politiques publiques. Shane Reese de la « Bringham Young University » a étudié les possibilités de prévoir des émeutes à l’aide de données publiques sur les réseaux sociaux telles que les tweets, les posts sur Facebook, Instagram entre autres. Il utilise tous les messages Twitter en l’Amérique latine pendant 4 ans pour tenter de prédire s’il y aura une émeute ou non.  Parmi les prédicteurs ou variables indépendantes, on retrouve le volume des tweets, de posts sur Facebook et la présence de certains mots-clés.

    De telles approches auraient pu être utilisées pour dénicher des investisseurs étrangers. Ces derniers ne viendront pas en Haïti du jour au lendemain sans une attraction locale cohérente et efficace. Il faudra les convaincre des opportunités qu’offre Haïti et comment ils pourront en bénéficier. Avec les techniques de l’intelligence d’affaires et du « Big Data », on pourrait créer une base de données avec les profils d’entrepreneurs qui investissent dans la Caraïbe, particulièrement en République dominicaine, pour leur présenter des opportunités d’affaires qui compléteraient leur plan d’affaires dans la Caraïbe. Même les pays industrialisés continuent de développer des stratégies d’attraction et de rétention  des investisseurs étrangers. C’est une obligation pour Haïti.  

    Thomas Lalime source Le Nouvelliste

    https://lenouvelliste.com/article/200230/leconomie-numerique-des-opportu…

    https://www.banqueducanada.ca/wp-content/uploads/2017/05/revue-bdc-print…

    Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson, octobre, 2012, Harvard Business Review

    Continue reading → Dans une chronique en date du 8 avril 2019 (1), nous avons fait état des opportunités qu’Haïti pourrait tirer de l’économie numérique. L’usage répandu des Nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) a eu un impact important sur tous les secteurs économiques à travers le monde. Les technologies numériques deviennent le facteur de productivité ...
  • Un Haïtien lauréat du prix 2019 de la Journée vétérinaire… Un Haïtien lauréat du prix 2019 de la Journée vétérinaire...

    L’organisation mondiale de la santé animale a décerné, pour cette année 2019, le prix de la Journée vétérinaire mondiale à l’ingénieur Max François Milien, originaire de la commune de Verrettes.  
     

    Ce prix salue, à l’échelle internationale, le travail d’une personnalité pour avoir contribué à faire avancer du point de vue technique, scientifique et administrative, la science vétérinaire et/ou du contrôle des maladies animales. Cette distinction lui a été remise, dimanche 26 mai, à Paris lors d’une cérémonie organisée en la circonstance.

    La Journée vétérinaire mondiale, célébrée cette année autour du thème « L’importance de la vaccination », a mis l’emphase sur la nécessité de bien maîtriser la propagation de certaines maladies dont la parvovirose, la panleucopénie et la leucémie féline, l’hépatite infectieuse canine ou la maladie de Lyme.

    Détenteur d’un doctorat en médecine vétérinaire décroché à l’École nationale vétérinaire de Toulouse (France), Max François Milien est aussi chargé de mission auprès du vice-rectorat à la recherche et à l’innovation de l’Université Quisqueya. Ingénieur-agronome, il a une licence en droit de l’Université d’État d’Haïti.

    Cette année, le conseil de l’OIE a décidé d’attribuer le Prix méritoire 2019 à M. Milien pour récompenser ses actions les plus réussies de la profession vétérinaire au profit de l’humanité et en particulier de sa terre natale, Haïti.
     Source : La Nouvelliste

    Continue reading → L’organisation mondiale de la santé animale a décerné, pour cette année 2019, le prix de la Journée vétérinaire mondiale à l’ingénieur Max François Milien, originaire de la commune de Verrettes.    Ce prix salue, à l’échelle internationale, le travail d’une personnalité pour avoir contribué à faire avancer du point de vue technique, scientifique et administrative, la ...

Leave a Comment