Santé

  • Pénurie de carburant en Haïti, des hôpitaux risquent …, Santé, RUMEURS D'HAITI

    ‘association des hôpitaux privés d’Haïti et l’Organisation nos petits frères et sœurs se sont fendues d’un communiqué chacune pour attirer l’attention des autorités sur les conséquences de la pénurie de carburant sur le fonctionnement des hôpitaux qui risquent un arrêt de travail forcé cette semaine.

    La centrale énergétique supportant les activités des deux hôpitaux St Damien et St Luc n’a en réserve que 6000 gallons de Diesel. 

    “Une situation de pénurie en carburant découlant des conditions de sécurité délétère risque de paralysie les hôpitaux de l’organisation Nos Petits Frères et Sœurs (NPFS) et la Fondation St Luc (FSL)”, informent les responsables dans une note rendue publique ce 23 Octobre 2021.

    “De ce fait, si aucune livraison de Diesel n’est garantie au plus vite (16000 gallons sont attendus), poursuit la note, les services de pédiatrie, pour plus de 300 enfants, de maternité pour plus de 45 femmes, de soins urgents et d’hospitalisation pour plus de 70 adultes y compris, des soins de traumatologie seront interrompus faute de carburant le mardi 26 Octobre 2021.”

    Plus loin, la directrice exécutive de l’hôpital St Damien et le président directeur général de la Fondation St Luc rappellent que ces hôpitaux sont deux des rares centres hospitaliers prodiguant encore des soins accessibles à tous contre la quatrième vague de Covid-19 en cours.

    L’organisation Nos Petits Frères et Sœurs lancent un cri de détresse, et appellent les autorités étatiques, le secteur privé des affaires et les particuliers à faciliter rapidement un couloir de livraison de carburant.

    Dans un registre plus institutionnel “l’association des hôpitaux privés d’Haiti, association regroupant la quasi-totalité des hôpitaux non etatiques, privés et caritatifs, de l’aire métropolitaine, se voit dans l’obligation de lancer un cri d’alarme au gouvernement en général et à son autorité de tutelle, le Ministère de la Sante Publique et de la Population (MSPP) plus particulièrement, sur la situation dramatique de ses membres. Sa quarantaine de membres se trouve en effet dans une situation telle qu’ils se verront obliger de commencer à fermer leurs services à la population dès ce lundi 25 octobre si un couloir humanitaire d’urgence n’est pas établi pour leur permettre de s’approvisionner en essence.”

    “En plus de l’insécurité qui empêche leurs employés de se rendre sereinement à leur poste et de cette pénurie d’oxygène qui paralyse leurs services alors qu’il est question d’une nouvelle vague au coronavirus, ces hôpitaux voient arriver dès lundi une paralysie totale de leurs services à la population par manque de carburant”, déplore l’association des hôpitaux privés d’Haïti.

    “Ces hôpitaux, responsables de fournir plus de 70% des soins d’urgence et hospitaliers à la population en temps normal, ne comprennent pas l’apathie des autorités établies face à ces situations. Avec cette penurie de carburant, c’est la poursuite de services vitaux de 40 centres hospitaliers à des pans entiers de la population qui est hypothéquée, et une fois de plus ce seront les plus démunis qui risquent d’en payer chèrement les conséquences de leur vie. La fermeture pure et simple des membres de l’AHPH entraînera en effet une catastrophe humanitaire inimaginable pour l’ensemble de la population haitienne, toute classe sociale confondue”, s’époumonne le conseil d’administration de ladite association.

    In fine, l’association des hôpitaux privés d’Haïti sollicite donc en toute urgence le gouvernement et le MSPP ainsi que leurs partenaires internationaux de se réveiller et de remplir  leur mission de venir en aide aux structures de soin, privées comme publiques, pour leur faciliter un couloir humanitaire leur permettant l’achat de ce carburant indispensable. 

    Au delà des communiqués, ce weekend, d’autres hôpitaux toutes catégories confondues de la capitale ont refusé admission et écourté la durée de certaines hospitalisations par crainte d’un arrêt forcé cette semaine si rien n’est fait pour garantir un approvisionnement en carburant.

    Claudy Junior Pierre

    Continue reading →
    ‘association des hôpitaux privés d’Haïti et l’Organisation nos petits frères et sœurs se sont fendues d’un communiqué chacune pour attirer l’attention des autorités sur les conséquences de la pénurie de carburant sur le fonctionnement des hôpitaux qui risquent un arrêt de travail forcé cette semaine. La centrale énergétique supportant les activités des deux hôpitaux St Damien ...
  • Séisme : des médecins bénévoles honorés à l’HUEH, Santé, RUMEURS D'HAITI

    La direction de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti a honoré les médecins (internes et résidents) qui ont volé au secours des victimes du séisme du 14 août 2021 dans le grand Sud.

    Ils sont internes, résidents, infirmières, pharmaciens et autres professionnels de santé. Moins de quarante-huit heures après le séisme dévastateur qui a ravagé le grand Sud, les premières évaluations médicales et les premiers soins ont été prodigués par un groupe de professionnels de santé bénévoles venant de l’HUEH.

    De la liste du matériel manquant circulant sur les réseaux sociaux à la première intervention chirurgicale réussie, c’est une belle épopée faite d’amour et de solidarité qui a pris corps dans le Sud.

    Dans ses propos de circonstance, le Dr Jessie Colimon Adrien retrace le film des événements avant de plaider pour la pérennité de cet état d’esprit.
    « Un quart d’heure après la nouvelle du séisme, Jean-Junior, qui vient de terminer sa résidence en service social, m’a informé de la disponibilité des médecins de sa promotion. Une équipe de résidents en spécialité à l’HUEH était déjà dans le bureau du directeur médical pour lui faire part de leur disponibilité. C’est ainsi que j’ai contacté les autorités du ministère de la Santé pour faciliter le déplacement d’un premier groupe moins de vingt-quatre heures après en avion, et d’un autre groupe qui a dû braver la réalité de Martissant pour se rendre dans le grand Sud », raconte la directrice exécutive de l’HUEH.

    Ce dévouement est très significatif pour l’hôpital, prouve que cette génération de professionnels de santé a du cœur, se réjouit-elle.

    Pour le Dr Jessie Colimon Adrien, cette cérémonie d’hommage est un acte d’encouragement à l’endroit de tous ces professionnels qui se sont littéralement donné au service des autres.

    C’est aussi l’occasion, renchérit-elle, de féliciter les professeurs, notamment les médecins de service à l’HUEH, les compagnies pharmaceutiques et autres entreprises, les leaders communautaires et tous ceux qui ont aidé ces professionnels à l’accomplissement de leurs tâches.

    Parallèlement à cette cérémonie de remerciement, des médecins de cette équipe sont encore sur le terrain en vue d’assurer l’évolution des patients vus au lendemain du séisme.

    Intervenant sur cette mission improvisée au lendemain du 14 août 2021, le Dr Wislet André, coordonnateur des résidents, chef d’équipe médicale, revient sur cette mission caractérisée par les manques et les incertitudes avant de reconnaître que «les dons de certaines associations, d’agences et de particuliers allaient leurs porter fruit ».
    « Deux jours plus tard, avance le Dr Wislet André, nous avions eu à notre disposition des matériels tels que des bandages, gazes, plâtres, etc. »

    En guise de bilan, les médecins partis au front se rappellent avoir soigné des cas de fracture, des maladies chroniques comme le diabète et l’hypertension artérielle. Ils ont réalisé des accouchements physiologiques et une soixantaine interventions chirurgicales dans tous les départements touchés.

    Recevant un certificat Honneur et mérite pour leur bravoure, ces professionnels de la santé ont pris l’engagement de rester au service de la population, notamment dans les moments difficiles.

    Ont pris part à cette cérémonie, les Drs Jean Henold Buteau, Harry Jeudy, Jacques Pierre-Pierre et Rodolphe Malebranche, entre autres.

    Claudy Junior Pierre

    Continue reading →
    La direction de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti a honoré les médecins (internes et résidents) qui ont volé au secours des victimes du séisme du 14 août 2021 dans le grand Sud. Ils sont internes, résidents, infirmières, pharmaciens et autres professionnels de santé. Moins de quarante-huit heures après le séisme dévastateur qui a ravagé le grand Sud, ...
  • Tout ce qu’il faut savoir sur le vaccin Moderna arrivé en Haïti, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Haïti a reçu le 14 juillet son premier lot de vaccins contre le coronavirus qui a déjà fait plus de 500 morts dans le pays sur plus de 19,500 infectés. Que devez-vous savoir sur ce vaccin?

    En effet, 500 000 doses du vaccin Moderna ont été données au gouvernement haïtien dans le cadre du programme COVAX. L’arrivée de la première cargaison est une “étape importante” franchie dans le cadre de la lutte contre pour freiner la propagation du nouveau coronavirus. Avec l’arrivé du vaccin Moderna, plus d’un se questionne sur ce vaccin, son efficacité, qui peut le prendre, le délai à respecter entre les injections.

    Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur le vaccin Moderna dont une première cargaison est arrivée en Haïti mercredi dernier.

    1. Le vaccin Moderna a été autorisé en Europe par l’agence européenne des médicaments (EMA) le 6 janvier 2021. Il est administré dans plusieurs pays européens, dont la France où il est le troisième vaccin le plus administré sur l’ile. De plus, Moderna, rebaptisé Spikevax est le deuxième vaccin autorisé en Europe après le vaccin Pfizer-BioNTech;
    2. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le vaccin Moderna est efficace à environ 92 % contre la COVID-19. La protection contre le virus commence 14 jours après la première dose, soutient l’agence des Nations unies;
    3. Le vaccin Moderna utilise la technique de l’ARN Messager (acide ribonucléique), c’est-à-dire des instructions génétiques dictent aux cellules du vacciné comment lutter contre le virus. Le vaccin doit être administré en deux injections espacées d’au moins de 28 jours. Il doit être stocké à -20 degré Celsius;
    4. Selon l’OMS, le vaccin Moderna peut être administré aux femmes enceintes si et seulement si « les bénéfices de la vaccination l’emportent sur les risques potentiels ». En revanche le vaccin est bel et bien recommandé pour les femmes qui allaitent;
    5. Moderna est destiné aux personnes âgées de plus de 18 ans;
    6. Pour le moment l’OMS dit ne pas savoir si le vaccin prévient la transmission du virus. « L’immunité persiste plusieurs mois, mais sa durée totale n’est pas encore connue », informe l’OMS.
    7. Oui, il est possible d’expérimenter de la douleur au point d’injection, des frissons, de la fatigue et de la fièvre après l’administration du vaccin Moderna. Aussi, des vaccinés peuvent développer des allergies graves. Quelques réactions : gonflement dans l’aisselle ; maux de tête ; nausées ; vomissements ; douleur musculaire, douleur articulaire et raideur ; douleur ou gonflement au site d’injection ; fatigue importante ; frissons ; fièvre ; éruption cutanée…
    8. La composition du vaccin Moderna :
      1. Ingrédients

    Ingrédient médicinal

    ARNm

    Ingrédients non médicinaux

    • 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine
    • acide acétique
    • cholestérol
    • lipide SM-102
    • polyéthylène glycol (PEG)-2000 DMG
    • acétate de sodium
    • saccharose
    • trométhamine
    • chlorhydrate de trométhamine
    • eau pour injection

    Wilner Bossou

    Continue reading →
    Haïti a reçu le 14 juillet son premier lot de vaccins contre le coronavirus qui a déjà fait plus de 500 morts dans le pays sur plus de 19,500 infectés. Que devez-vous savoir sur ce vaccin? En effet, 500 000 doses du vaccin Moderna ont été données au gouvernement haïtien dans le cadre du programme COVAX. L’arrivée ...
  • Les Effets Indésirables des Vaccins contre la COVID-19, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Les vaccins contre la COVID-19 sont sans danger, et se faire vacciner permet de se protéger contre les formes sévères de la COVID-19 et d’éviter de mourir de cette maladie. Il est possible de ressentir quelques effets indésirables d’intensité légère après avoir été vacciné ; ce sont des signes indiquant que notre organisme est en train de créer une protection.

    Pourquoi il est normal d’avoir quelques effets indésirables après une vaccination

    Les vaccins sont conçus pour vous conférer une immunité sans les dangers d’avoir contracté la maladie. Il est courant de ressentir quelques effets indésirables d’intensité légère à modérée après avoir reçu un vaccin. Ils sont dus au fait que votre système immunitaire demande à votre organisme de réagir de plusieurs manières : il augmente le flux sanguin afin que davantage de cellules immunitaires puissent circuler, et il élève votre température interne afin de tuer le virus.

    Les effets indésirables d’intensité légère à modérée, tels qu’une légère fièvre ou des courbatures, sont normaux et n’ont rien d’alarmant : ce sont des signes indiquant que le système immunitaire de votre organisme réagit au vaccin, en particulier à l’antigène (une substance qui déclenche une réponse immunitaire), et se prépare à combattre le virus. Ces effets indésirables disparaissent généralement d’eux-mêmes en quelques jours.

    Les effets indésirables courants et d’une intensité légère à modérée sont une bonne chose : ils nous montrent que le vaccin fonctionne. Ne pas ressentir d’effets indésirables ne signifie pas que le vaccin est inefficace. Cela signifie que chacun réagit différemment.

    Effets indésirables les plus fréquents des vaccins contre la COVID-19

    Comme tout vaccin, les vaccins contre la COVID-19 peuvent provoquer des effets indésirables ; la plupart sont d’une intensité légère ou modérée et disparaissent d’eux-mêmes en quelques jours. Comme le montrent les résultats des essais cliniques, des effets indésirables plus graves ou plus durables sont possibles. Les vaccins font l’objet d’une surveillance continue pour détecter les événements indésirables.

    Les effets indésirables associés aux vaccins anti-COVID-19 qui ont été rapportés étaient pour la plupart d’intensité légère à modérée et n’ont pas duré plus de quelques jours. Les effets indésirables typiques sont les suivants : douleur au point d’injection, fièvre, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, frissons et diarrhée. La probabilité que l’un de ces effets indésirables survienne après la vaccination varie selon le vaccin concerné.

    Les vaccins contre la COVID-19 ne protègent que contre le virus SARS-CoV-2. Il est donc toujours important de se maintenir en forme et en bonne santé.

    Effets indésirables moins fréquents

    Après l’administration du vaccin, la personne vaccinée doit être invitée à rester 15 à 30 minutes sur le lieu de la vaccination afin que des agents de santé soient disponibles en cas de réaction immédiate. Les personnes devront alerter leurs prestataires de soins de santé locaux si elles ressentent à la suite de la vaccination des effets indésirables inattendus ou d’autres événements de santé – tels que des effets indésirables qui durent plus de trois jours. Les effets indésirables moins fréquents rapportés pour certains vaccins contre la COVID-19 comprenaient des réactions allergiques sévères telles que l’anaphylaxie ; toutefois, cette réaction est extrêmement rare.

    Les autorités nationales et les organismes internationaux, dont l’OMS, surveillent de près l’apparition de tout effet indésirable inattendu suite à l’utilisation des vaccins contre la COVID-19.

    Effets indésirables à long terme

    Les effets indésirables surviennent généralement dans les premiers jours suivant l’administration d’un vaccin. Depuis que le premier programme de vaccination de masse a commencé au début du mois de décembre 2020, des centaines de millions de doses vaccinales ont été administrées et il n’y a pas eu d’effets indésirables signalés au-delà de quelques jours.

    On s’est inquiété du fait que les vaccins contre la COVID-19 pouvaient rendre les gens malades de la COVID-19. Mais aucun des vaccins approuvés ne contient le virus vivant qui provoque la COVID-19, ce qui signifie que les vaccins anti-COVID-19 ne peuvent pas rendre malade de la COVID-19.

    Après la vaccination, il faut généralement quelques semaines pour que l’organisme développe une immunité contre le SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19. Il est donc possible qu’une personne soit infectée par le SARS-CoV-2 juste avant ou après la vaccination et qu’elle tombe quand même malade de la COVID-19. Cette situation est due au fait que le vaccin n’a pas encore eu le temps de conférer une protection.

    Ressentir des effets indésirables après avoir été vacciné signifie que le vaccin fonctionne et que votre système immunitaire réagit comme il faut. Les vaccins sont sans danger, et en vous faisant vacciner, vous vous protégerez contre la COVID-19.

    Continue reading →
    Les vaccins contre la COVID-19 sont sans danger, et se faire vacciner permet de se protéger contre les formes sévères de la COVID-19 et d’éviter de mourir de cette maladie. Il est possible de ressentir quelques effets indésirables d’intensité légère après avoir été vacciné ; ce sont des signes indiquant que notre organisme est en train ...
  • Biden va promettre 500 millions de vaccins …, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Les Etats-Unis vont annoncer jeudi le don de 500 millions de vaccins anti-Covid aux pays pauvres, tandis que l’OMS a prévenu que le niveau de vaccination en Europe était insuffisant pour éviter une résurgence de la pandémie.

    Le Président Joe Biden, en voyage au Royaume-Uni, va annoncer l’achat de 500 millions de doses de vaccins de Pfizer/BioNTech afin d’en faire don à d’autres pays dans le besoin, a déclaré jeudi la Maison-Blanche.

    “Il s’agit de la plus grosse commande et donation de vaccins réalisée par un seul pays et un engagement du peuple américain à aider à protéger les populations du monde entier contre la Covid-19”, a souligné l’exécutif américain.

    Ces vaccins seront distribués “à 92 pays” défavorisés à travers le dispositif Covax, mis en place pour assurer une distribution équitable des vaccins.

    Ils commenceront à être envoyés en août, avec 200 millions de doses livrées d’ici la fin de l’année. Les 300 autres millions seront livrées d’ici juin 2022, a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

    Joe Biden doit faire cette annonce au Royaume-Uni où il va notamment participer en fin de semaine au sommet du G7 en Cornouailles, où la gestion de la pandémie sera en tête de l’ordre du jour.

    Les Etats-Unis ont été vivement critiqués pour avoir tardé à partager leurs vaccins. Mais avec près de 64% des adultes américains ayant désormais reçu au moins une dose, la Maison Blanche tente aujourd’hui de se poser en leader dans la lutte planétaire contre la pandémie, qui a fait plus de 3,75 millions de morts dont près de 600.000 aux Etats-Unis.

    Alors que les pays riches ont pris d’assaut les vaccins, Covax ne parvient pas à fonctionner à plein régime. Au 4 juin, le dispositif avait livré plus de 80 millions de doses dans 129 pays et territoires, bien moins que prévu.

    Ainsi la Tunisie, qui n’a reçu que 1,6 million de doses de vaccins pour 12 millions d’habitants, a besoin de davantage de vaccins “sans attendre” pour relancer son activité, a déclaré mercredi son Premier ministre Hichem Mechichi.

    “La pandémie a accéléré les inégalités” entre pays, a-t-il constaté à l’issue d’une rencontre à Genève avec le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

    “Il y a un problème d’équité (sur l’accès aux) vaccins au niveau mondial. Ceux qui pourraient partager ne le font pas”, a reconnu ce dernier, appelant les pays du G7 à donner 100 millions de doses aux pays défavorisés dans les deux prochains mois.

    Le Parlement européen, en désaccord avec la Commission européenne, s’est prononcé jeudi pour une levée temporaire des brevets protégeant les vaccins contre la Covid-19 afin de développer leur production et “améliorer l’accès mondial à des produits médicaux abordables”.

    En Europe, 30% de la population de la région a reçu une première dose de vaccin et 17% est entièrement vaccinée. Pourtant “la couverture vaccinale est loin d’être suffisante pour protéger la région d’une résurgence”, a prévenu jeudi le directeur Europe de l’OMS, Hans Kluge, dans une conférence de presse en ligne.

    – Equité vaccinale –

    Aux ravages de la maladie s’ajoutent les conséquences catastrophiques pour l’économie des pays les plus pauvres. Ainsi, selon un rapport de l’ONU publié jeudi, neuf millions d’enfants risquent d’être contraints à travailler à cause de la pandémie, s’ajoutant aux 160 millions qui sont déjà obligés de le faire.

    “Alors que nous avons largement entamé la deuxième année de confinements, fermetures d’écoles, secousses économiques et budgets nationaux en recul, les familles sont forcées de faire des choix cornéliens”, a souligné Henrietta Fore, qui dirige l’Unicef.

    #photo1

    Les enfants scolarisés ont pâti pour leur part de l’éducation à distance, a relevé pour sa part l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA).

    Et les femmes ont été “touchées de manière disproportionnée”, qu’il s’agisse de l’emploi, de l’équilibre vie privée-vie professionnelle ou de leur santé du fait de leur forte représentation dans les secteurs dits “essentiels”, selon son rapport.

    De nombreux pays riches retrouvent un semblant de vie normale à la faveur d’un recul de l’épidémie grâce à la vaccination.

    Arrêt quasi total du port obligatoire du masque dès le 14 juin, bars et restaurants ouverts jusqu’à minuit le 11 juin, davantage de public pour l’Euro de football: le Danemark a annoncé jeudi les dernières étapes de son plan de levée des restrictions anti-Covid 19.

    Celui-ci prévoit la levée totale des restrictions au 1er octobre et la disparition du passeport sanitaire nécessaire pour certaines activités.

    “Tout ce qui nous a manqué, nous allons pouvoir le faire car nous avons un contrôle important de l’épidémie”, a souligné le ministre de la Santé Magnus Heunicke.

    Continue reading →
    Les Etats-Unis vont annoncer jeudi le don de 500 millions de vaccins anti-Covid aux pays pauvres, tandis que l’OMS a prévenu que le niveau de vaccination en Europe était insuffisant pour éviter une résurgence de la pandémie. Le Président Joe Biden, en voyage au Royaume-Uni, va annoncer l’achat de 500 millions de doses de vaccins de ...
  • Les États-Unis font don de 50 concentrateurs d’oxygène, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Le gouvernement des États-Unis, à travers l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a fait don de 50 concentrateurs d’oxygène à Haïti pour l’aider à combattre le COVID-19.

    Selon un communiqué de l’ambassade américaine à Port-au-Prince , ce  don fait partie d’un effort plus large visant à fournir des équipements d’oxygène de pointe et une assistance technique pour renforcer l’écosystème d’oxygène médical en Haïti.

    La Chargé d’Affaires de l’Ambassade des États-Unis, Nicole Theriot a déclaré:  « Le don américain de ces 50 nouveaux concentrateurs d’oxygène réaffirme notre engagement à aider Haïti à faire face à la pandémie mondiale de COVID-19. Le gouvernement des États-Unis, par l’intermédiaire de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), fournit 18 millions de dollars pour soutenir l’alimentation d’oxygène médical dans 11 pays, dont Haïti, dans la lutte mondiale contre le COVID-19.»

    Ces concentrateurs joueront un rôle essentiel pour soigner les patients COVID-19 gravement malades nécessitant de l’oxygène médical. Les concentrateurs d’oxygène fournissent une source d’oxygène économique dans les pays où la production industrielle d’oxygène médical ne peut pas répondre à la demande. Un concentrateur d’oxygène absorbe l’air que nous respirons et en retire l’azote, fournissant un approvisionnement constant et illimité de gaz enrichi en oxygène. Contrairement aux bonbonnes d’oxygène médical, ces concentrateurs ne nécessitent aucune infrastructure supplémentaire ni remplissage, et ils sont faciles à installer et à utiliser.

    Au-delà de la pandémie COVID-19, ces concentrateurs d’oxygène aideront les médecins haïtiens à dispenser des soins intensifs vitaux à des patients souffrant d’autres maladies cardiaques, pulmonaires et traumatologiques graves et potentiellement mortelles. Ils représentent une contribution essentielle au renforcement du système de santé haïtien.

    Les 50 concentrateurs d’oxygène sont arrivés en Haïti par avion le 29 mai et sont actuellement dans l’entrepôt de gestion globale des approvisionnements des produits de santé de l’USAID, d’où ils seront envoyés dans 16 hôpitaux dans les prochains jours. Les établissements ont été choisis en collaboration avec la Cellule nationale de coordination de la réponse au coronavirus (CNRC) du ministère de la Santé publique (MSPP) et comprennent des hôpitaux et des centres de santé à Port-au-Prince et dans les départements de l’Artibonite, du Centre, du Nord et du Sud.

    Ce don s’ajoute aux 16,1 millions de dollars que le gouvernement américain a déjà engagés en Haïti en réponse à la pandémie, par le biais des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), du Commandement Sud de l’armée américaine et de l’USAID. Ce financement a permis de renforcer les soins cliniques, de former des agents de santé, de renforcer les capacités des laboratoires, d’améliorer la surveillance des infections, de diffuser des messages de santé pour réduire les risques au sein des communautés haïtiennes, d’installer des stations de lavage des mains, de distribuer du savon dans les quartiers vulnérables, et plus encore.

    La Directrice a.i. de la Mission de l’USAID en Haïti, Christine Djondo, a déclaré : « L’USAID est fière de soutenir la lutte d’Haïti contre la pandémie de COVID-19 et travaille en coordination avec le gouvernement d’Haïti et nos partenaires du secteur de la santé, y compris les organisations non gouvernementales et les groupes confessionnels, pour favoriser la pérennité de cet investissement.”

    Pendant des décennies, les États-Unis ont été le plus grand fournisseur mondial d’aide bilatérale en matière de santé. Depuis 2009, les contribuables américains ont généreusement financé plus de 100 milliards de dollars d’aide sanitaire et près de 70 milliards de dollars d’aide humanitaire dans le monde.

    Continue reading →
    Le gouvernement des États-Unis, à travers l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a fait don de 50 concentrateurs d’oxygène à Haïti pour l’aider à combattre le COVID-19. Selon un communiqué de l’ambassade américaine à Port-au-Prince , ce  don fait partie d’un effort plus large visant à fournir des équipements d’oxygène de pointe et une ...
  • Vaccins contre la COVID-19, Santé, RUMEURS D'HAITI

    La pandémie de COVID-19 qui a frappé le monde bat aujourd’hui son plein. Parallèlement aux actions menées par l’OMS et ses partenaires pour riposter à cette pandémie (suivi de la pandémie, conseils sur les interventions essentielles, distribution de fournitures médicales vitales à ceux qui en ont besoin), une course aux vaccins a été engagée.

    Les vaccins sauvent des millions de vies chaque année. Leur mode d’action consiste à entraîner et à préparer le système immunitaire (défenses naturelles de l’organisme) à reconnaître et à combattre les virus et les bactéries qu’ils ciblent. Ainsi, si l’organisme se trouve par la suite exposé à ces mêmes agents pathogènes, il est immédiatement prêt à les détruire, ce qui permet de prévenir la maladie. 

    Au 18 février 2021, au moins sept vaccins différents avaient été mis à disposition dans les pays par l’intermédiaire de trois plateformes. La vaccination doit viser en priorité les populations vulnérables dans tous les pays.

    Parallèlement, plus de 200 vaccins candidats sont en cours de mise au point, dont plus d’une soixantaine sont en phase de développement clinique. Le mécanisme COVAX fait partie de l’Accélérateur ACT, que l’OMS a créé avec des partenaires en 2020. Le COVAX est l’axe de travail vaccins de l’Accélérateur ACT. Dirigé par la CEPI, l’Alliance Gavi et l’OMS, il vise à mettre un terme à la phase aiguë de la pandémie de COVID-19 de la façon suivante :

    • en accélérant la mise au point de vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 ;
    • en contribuant au développement des moyens de production ; et
    • en collaborant avec les gouvernements et les fabricants pour garantir une répartition juste et équitable des vaccins entre tous les pays, seule initiative mondiale visant cet objectif.

    Les vaccins sont une nouvelle arme essentielle dans la lutte contre la COVID-19 et il est extrêmement encourageant de constater que beaucoup d’entre eux s’avèrent efficaces et passent en phase de mise au point. Travaillant le plus vite possible, des scientifiques du monde entier collaborent et innovent pour fournir des tests de dépistage, des traitements et des vaccins qui, ensemble, permettront de sauver des vies et de mettre fin à la pandémie.

    Des vaccins sûrs et efficaces changeront la donne. Mais pour le moment, il faut continuer à porter un masque, à respecter les distances physiques et à éviter les lieux bondés. Le fait d’être vacciné ne signifie pas qu’il faut renoncer à toute prudence, prendre des risques et en faire prendre aux autres, notamment parce qu’on ignore encore dans quelle mesure les vaccins protègent non seulement contre la maladie, mais aussi contre l’infection et la transmission.

    OMS

    Continue reading →
    La pandémie de COVID-19 qui a frappé le monde bat aujourd’hui son plein. Parallèlement aux actions menées par l’OMS et ses partenaires pour riposter à cette pandémie (suivi de la pandémie, conseils sur les interventions essentielles, distribution de fournitures médicales vitales à ceux qui en ont besoin), une course aux vaccins a été engagée. Les vaccins ...
  • Les autorités sanitaires redoutent une seconde vague…, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Jusqu’ici, Haïti a été épargnée par la pandémie de coronavirus. Le pays a défié tous les pronostics. Les nombreux matériels sanitaires commandés par le gouvernement, les centres hospitaliers aménagés en prévision de la propagation du virus n’ont pas été utilisés. Cependant, à cause des fêtes de fin d’année qui trainent le plus souvent la grande foule, les autorités sanitaires disent observer ces dernières semaines une augmentation des cas de Covid-19 dans le pays.

    Du 22 au 26 décembre dernier, soit en 5 jours, les autorités sanitaires ont enregistré 181 cas de coronavirus dans le pays. Ce qui représente une augmentation considérable par rapport aux mois d’octobre et de novembre. Face à cette situation, dans un communiqué publié le 30 décembre, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) porte à l’attention de la population qu’une augmentation des cas de COVID-19 est en train d’être observée dans le pays. Le MSPP a rappelé à tout un chacun de la nécessité de respecter scrupuleusement les gestes barrières « afin d’éviter une seconde vague qui pourrait créer plus de dégâts humains et affaiblir davantage notre système de santé ».

    « La circulation du coronavirus est encore très active chez nous avec des risques de voir la situation se détériorer vu la multiplication des activités de fêtes de fin d’années organisées un peu partout sur le territoire et qui drainent des foules immenses sans l’application des précautions recommandées par le ministère », ont avancé les autorités sanitaires.

    Dans ce communiqué, la ministre de la Santé, le Dr Marie Gréta Roy Clément a rappelé à la population l’urgence de l’application stricte dans les espaces publics des mesures barrières, à savoir : lavage systématique des mains avec l’installation de points d’eau dans les lieux publics; respect de la distanciation physique, au moins 1 mètre 50, entre chaque personne dans les endroits de grande affluence comme les banques, les restaurants, les night clubs, les supermarchés, les magasins et également dans l’administration publique; port systématique du masque obligatoire non seulement dans ces espaces mais également dans les rues, les taxis, les taxis-motos, les lieux publics ouverts (marchés etc.)

    « Se protéger et protéger son entourage est une responsabilité citoyenne. Le contrôle de cette pandémie est difficile et son évolution actuelle nous invite à la plus grande vigilance. Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) tout en souhaitant de saines fêtes de fin d’années à la population haïtienne, veut compter sur sa collaboration habituelle pour l’aider à contrôler cette pandémie », a indiqué la ministre.

    Depuis le samedi 26 décembre où 41 cas de coronavirus ont été enregistrés dans le pays, le MSPP n’a communiqué aucun nouveau chiffre sur l’évolution du virus.

    Les employés du Laboratoire national avaient observé, lundi dernier, un arrêt de travail pour exiger la libération de leur collègue Berthony Sylvar, kidnappé le 22 décembre dernier. Ils avaient gagné les rues pour exiger la libération de ce dernier. A cause de ce mouvement de protestation, les activités ont été paralysées au Laboratoire national, ce qui empêchait les autorités sanitaires d’effectuer les tests de Covid-19 dans le pays.

    Selon les derniers chiffres fournis par le ministère de la Santé publique, 41 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés le 26 décembre 2020 en Haïti. Ce qui porte à un total de 9 999 cas confirmés, 236 personnes sont mortes et 8 598 soignées.

    Depuis la levée de l’état d’urgence sanitaire en juillet dernier et la reprise des activités dans le pays, le gouvernement a totalement relâché la campagne de sensibilisation sur le respect des principes barrière contre la Covid-19 et la population a renoué avec son ancienne vie d’avant l’apparition du virus sur le territoire.

    Aujourd’hui, dans les transports en commun, dans les rues, dans les lieux de grand rassemblement… pratiquement plus personne ne porte de masques et la notion de distanciation physique a disparu.

    Officiellement, selon les derniers chiffres fournis par le ministère de la Santé publique, le pays compte un total de 9 999 cas confirmés, 236 personnes sont mortes et 8 598 soignées.

    Robenson Geffrard, Le Nouvelliste.

    Continue reading →
    Jusqu’ici, Haïti a été épargnée par la pandémie de coronavirus. Le pays a défié tous les pronostics. Les nombreux matériels sanitaires commandés par le gouvernement, les centres hospitaliers aménagés en prévision de la propagation du virus n’ont pas été utilisés. Cependant, à cause des fêtes de fin d’année qui trainent le plus souvent la grande ...
  • Près de 6 millions de cas aux États-Unis, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Selon les estimations publiées dimanche par l’Université Johns Hopkins faisant autorité, il y a près de 6 millions de cas de contamination par coronavirus aux États-Unis.

    L’Université de Baltimore (Maryland) dans le nord-est des États-Unis indique que le nombre total de cas enregistrés est de 5 993 668.

    Selon ses calculs, aux États-Unis, le nombre de décès liés au coronavirus est de 183 034 et le COVID-19 aurait guéri 2 153 939 personnes.

    En chiffres absolus, les États-Unis sont le pays le plus touché au monde, en termes de pollution et de nombre de morts.

    Continue reading →
    Selon les estimations publiées dimanche par l’Université Johns Hopkins faisant autorité, il y a près de 6 millions de cas de contamination par coronavirus aux États-Unis. L’Université de Baltimore (Maryland) dans le nord-est des États-Unis indique que le nombre total de cas enregistrés est de 5 993 668. Selon ses calculs, aux États-Unis, le nombre de décès ...
  • Incendie aux Centres Gheskio au Bicentenaire, Santé, RUMEURS D'HAITI

    Un incendie dont l’origine reste à identifier a ravagé les installations de génération électrique des centres Gheskio dans la nuit du dimanche 7 à lundi 8 juin. Selon un responsable qui fait une évaluation globale de l’incendie, aucune victime n’est à déplorer.

    Fondé et dirigé par l’infectiologue Jean William Pape, le Gheskio (Groupement haïtien d’étude du sarcome de Kaposi et des infections opportunistes) est l’une des premières institutions à s’engager dans la bataille contre le VIH au début des années 1980. Elle fait aussi partie aujourd’hui des institutions qui luttent contre la Covid-19.

    Continue reading →
    Un incendie dont l’origine reste à identifier a ravagé les installations de génération électrique des centres Gheskio dans la nuit du dimanche 7 à lundi 8 juin. Selon un responsable qui fait une évaluation globale de l’incendie, aucune victime n’est à déplorer. Fondé et dirigé par l’infectiologue Jean William Pape, le Gheskio (Groupement haïtien d’étude du ...