Education

  • Des défis liés à la prochaine rentrée des classes, Education, RUMEURS D'HAITI

    En conférence de presse, le jeudi 2 septembre, à Port-au-Prince, le gouvernement a annoncé le report de la rentrée des classes, initialement prévue le 6 septembre, au 21 septembre dans les départements non affectés par le tremblement de terre et au 4 octobre dans ceux qui ont été sévèrement touchés par le séisme meurtrier et dévastateur du 14 août dernier. Chaque année, la rentrée des classes constitue un véritable casse-tête pour les familles les plus démunies. Cette année, elle l’est encore plus. Le tremblement de terre du 14 août 2021, de magnitude 7,2, a ravagé plusieurs écoles dans les régions les plus affectées.

    Le Premier ministre Ariel Henry est conscient des défis. « Nous avons beaucoup de travail. Il faut enlever les décombres et mettre des structures pour accueillir les enfants dans les écoles détruites par le séisme », a annoncé le chef du gouvernement. En outre, le locataire de la Primature a annoncé que des dispositions seront prises pour verser des allocations aux parents d’élèves et aux professeurs à cause de l’environnement sociopolitique et économique difficile. Il dit vouloir que tous les élèves des zones ravagées par le séisme puissent reprendre le chemin de l’école au cours de la prochaine rentrée.

    Le gouvernement aura-t-il le temps de mettre tout en œuvre avant les nouvelles dates fixées pour la rentrée ?  Ariel Henry avait fait de la rentrée des classes sa priorité. Est-ce que c’est toujours le cas aujourd’hui ? Après le tremblement de terre du 14 août, les défis à relever dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand-Anse sont légion et de taille.  Outre des établissements scolaires complètement ou partiellement détruits, il y a des parents qui ont tout perdu dans cette catastrophe. Ces derniers sont actuellement dans l’impossibilité de financer l’éducation de leurs enfants sans l’aide de l’Etat ou d’autres bons samaritains.

    Dans la capitale, aucune école ne s’est effondrée mais les défis ne sont pas moindres. Les conditions socioéconomiques des ménages se dégradent. Le coût devient tellement élevé que même les chefs de ménage qui ont un boulot ont du mal à joindre les deux bouts. Les employés de l’Administration qui devraient être des privilégiés ne reçoivent pas toujours leur salaire à temps.  Cela est dû notamment au faible niveau des recettes de l’État, à en croire certains responsables. A ce rythme-là, il est à se demander où le gouvernement va trouver des ressources pour verser des allocations aux parents et aux enseignants. 

    D’un autre côté, une bonne partie de la capitale échappe au contrôle des autorités policières. Ce sont les gangs armés qui font la loi dans ces zones. Ils peuvent quand ils veulent interdire la circulation, le fonctionnement des écoles, des banques, des églises, des marchés publics, etc. Ces hommes armés créent un climat d’insécurité sans précédent. Ils sèment la terreur, la panique et ils tuent impunément. Le gouvernement va-t-il adresser ce problème pour permettre aux élèves de retourner tranquillement sur les bancs de l’école ?               

    La rentrée des classes reste impossible pour un grand nombre d’écoles à Martissant et à Fontamara, deux quartiers de la capitale qui font face aux affrontements sanglants entre les gangs. Ces affrontements meurtriers, qui ont débuté le premier juin dernier, ont poussé la grande majorité des riverains à fuir leurs maisons et vider les lieux. Ces derniers se réfugient pour la plupart à Carrefour et vivent dans des conditions infrahumaines. Le plus inconcevable dans cette situation, c’est le silence et l’inaction des autorités politiques. Face à un tel dilemme, les parents sont totalement abandonnés. Trois mois après le début des affrontements entre les belligérants, les victimes de la violence des bandits armés ne peuvent pas retourner dans leurs   zones respectives. 

    Dans cette conjoncture, comment vont-ils envoyer leurs enfants à l’école ? Quant aux directeurs des écoles, ils ne peuvent même pas s’en approcher à Martissant. Certains assistent, impuissants à l’écroulement de leur institution pillée et saccagée. Qui va mettre un terme à la toute- puissance de ces malfrats ? Pour la rentrée scolaire, peut-on enfin s’attendre à un déploiement en règle des forces de police ?

     Dans certains quartiers, la police ne circule que dans des blindés. Plusieurs sous-commissariats et des antennes de la police sont fermés après avoir essuyé des attaques d’hommes armés. Une rentrée des classes dans un tel climat d’insécurité, n’est-ce pas mener les enfants à la boucherie ?  L’accès à l’éducation de qualité, c’est le quatrième des 17 Objectifs de développement durable que le pays s’engage à atteindre.  Mais jusqu’à aujourd’hui, au vu de l’inertie de l’État haïtien dans ce domaine, ce défi restera hors de notre portée pour plusieurs années encore.                    

    Gerard Junior Jeanty

    Continue reading →
    En conférence de presse, le jeudi 2 septembre, à Port-au-Prince, le gouvernement a annoncé le report de la rentrée des classes, initialement prévue le 6 septembre, au 21 septembre dans les départements non affectés par le tremblement de terre et au 4 octobre dans ceux qui ont été sévèrement touchés par le séisme meurtrier et dévastateur ...
  • « Connect 2030 : les TIC au service des Objectifs …, Education, RUMEURS D'HAITI

    Le 17 mai 2020 ramène la célébration de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’Information. Le thème retenu par l’Union internationale des télécommunications (UIT) : « Connect 2030 : les TIC au service des Objectifs de développement durable (ODD)». À cette occasion, le Conseil national des télécommunications (Conatel), en analysant la conjoncture mondiale dominée par la marche funeste du coronavirus, voudrait s’associer à l’UIT pour faire écho des ODD ou des avantages que l’humanité peut tirer de l’exploitation juste des TIC.

    Dans un communiqué du Conatel daté du 14 mai, le directeur général, Jean Marie Guillaume, s’interroge sur le rôle moteur que la santé joue dans le développement durable et la nécessité pour l’humanité de mettre au point les outils nécessaires en vue de garantir la santé et le bien-être pour tous.

    « Quel développement durable dont la santé et le bien-être n’en seraient pas à la fois les moteurs et l’objectif final ? La Covid-19 vient cruellement nous rappeler que l’humanité a besoin de créer les outils propres à garantir la santé et le bien-être pour que le développement durable soit plus qu’un simple vœu », explique M. Guillaume.

    Il est un fait indéniable que les TIC  contribuent à faciliter la gestion de cette crise d’envergure mondiale tant au niveau de la sensibilisation des populations qu’au niveau de la prise en charge des personnes infectées. Grâce à la possibilité d’être en ligne, de nombreuses activités industrielles, administratives et académiques ont pu être préservées et continuent à servir la population mondiale.

     Aujourd’hui à travers le monde, les applications TIC permettent à ceux qui sont en situation de confinement de continuer à accéder aux services de base ou tout simplement de communiquer. Les outils de commerce électronique (e-commerce), de cybersanté, de télé-éducation, de mobile money sont d’une importance cruciale pour tous les secteurs.

    En effet, les TIC trouvent leur place même en temps de crise. Tous les bénéfices directs et indirects de ces technologies doivent nous pousser à exploiter leur potentiel pour en faire un véritable levier de développement durable.  Haïti, dans son ensemble, est appelé à s’approprier les TIC de manière intelligente.

    « Le Conatel réitère sa volonté de tout mettre en œuvre pour que les Technologies de l’information et de la communication puissent contribuer à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). Il est encore temps pour tous les acteurs du secteur de jouer leurs rôles respectifs afin de créer la synergie nécessaire à la matérialisation de ce qui d’abord doit être un objectif commun, partagé par le plus grand nombre », précise le communiqué.

    Continue reading →
    Le 17 mai 2020 ramène la célébration de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’Information. Le thème retenu par l’Union internationale des télécommunications (UIT) : « Connect 2030 : les TIC au service des Objectifs de développement durable (ODD)». À cette occasion, le Conseil national des télécommunications (Conatel), en analysant la conjoncture ...
  • « Lekòl Pam » une nouvelle plateforme pédagogique, Education, RUMEURS D'HAITI

    À un moment où les portes des établissements scolaires en Haïti sont fermées pour éviter la propagation du Corovirus (covid-19), des acteurs du secteur public et du secteur tentent de proposer des moyens pour faciliter l’apprentissage des élèves à travers le numérique. C’est un sens que le réalisateur Luc Segur, principal responsable de l’entreprise « Segurimage », présente « Lekòl Pam », une nouvelle application mobile adressée aux écoliers haïtiens qui sont actuellement obligés de rester chez à la maison durant la crise.

    Pour le moment, seulement les élèves de la neuvième année fondamentale et de la terminale sont en mesure de suivre des cours sur la plateforme, laquelle peut être téléchargée à partir de Play Store. Cet outil pédagogique contient des cours, de nombreuses vidéos instructives. Les modules suivent les programmes établis par le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) et sont élaborés par des enseignants qualifiés et expérimentés, explique Luc Segur, qui travaille avec son équipe sur la mise en place des programmes de formation pour les autres niveaux d’études classiques.

    Désormais, où qu’ils soient sur le territoire, les écoles, avec des téléphones intelligents, peuvent accéder aux modules de formation de la plateforme occuper leur esprits quand ils sont contraint de rester chez eux dans les périodes de crise comme celle provoquée par le coronavirus, ou dans les périodes de turbulence souvent enregistrées dans le pays.

    Selon l’instigateur du projet, l’idée consiste à favoriser l’accès à l’éducation de qualité à tous, en facilitant l’apprentissage des écoliers haïtiens peu importe leur provenance socio-économique et géographique. « Cette application novatrice permettra aux écoliers d’échapper aux arrêts de travail posés par les manifestations de rues, aux insatisfactions enseignantes et surtout aux incompétences de certains enseignants », soutient Luc Segur qui rassure disposer d’une équipe de techniciens compétents travaillant pour l’amélioration au jour le jour l’application pédagogique.

    Worlgenson Noël

    Continue reading →
    À un moment où les portes des établissements scolaires en Haïti sont fermées pour éviter la propagation du Corovirus (covid-19), des acteurs du secteur public et du secteur tentent de proposer des moyens pour faciliter l’apprentissage des élèves à travers le numérique. C’est un sens que le réalisateur Luc Segur, principal responsable de l’entreprise « ...
  • S.O.S d’étudiants haïtiens en médecine bloqués au Rwanda, Education, RUMEURS D'HAITI

    Depuis la déclaration de l’OMS faisant du Covid-19 une menace sanitaire mondiale, des décisions ont été prises dans beaucoup de pays pour empêcher l’introduction ou l’augmentation des cas de Coronavirus. Ce dimanche 15 mars, c’était le tour du gouvernement haïtien d’annoncer que tous les vols en provenance de l’Europe, du Canada et de l’Amérique latine seront également suspendus à partir du 16 mars à minuit. Parallèlement, des étudiants haïtiens en médecine sont bloqués au Rwanda, ne pouvant se rendre ni en Haïti ni dans un aucun autre pays de l’Amérique latine.

    Une délégation haïtienne d’étudiants en médecine a été au Rwanda pour prendre part à la plus grande conférence internationale des étudiants en médecine qui se tenait sur le rôle des soins primaires sur la couverture universelle en santé. 

    Dans la foulée, cette dernière en a profité pour visiter les infrastructures sanitaires du Rwanda en vue d’apprendre de l’efficacité de la médecine communautaire dans ce pays où plus de 85% de la population bénéficie gratuitement des soins de santé de base. 

    La semaine dernière, les rapports du ministère de la Santé publique au Rwanda n’avaient révélé aucun cas de coronavirus.

    Quand le gouvernement américain a pris la décision de suspendre les vols en provenance de l’Europe, ces étudiants, conscients de cette situation, ont vite entrepris des démarches en vue d’écourter leur séjour et de retourner en Haïti. 

    « Les compagnies aériennes n’ont rien pu faire parce que tous les vols étaient remplis. Nous avons dû attendre le 16 mars, date à laquelle nous devions quitter le Rwanda », ont-ils confié. 

    De cette délégation de 9 étudiants, 3 ont pu retourner en Haïti en passant par les États-Unis, un autre a regagné le Canada et 5 sont restés coincés au Rwanda n’ayant ni visa américain ni visa canadien.

    « Nous sommes rentrés sur le territoire le 28 février. Il était prévu que nous devions partir le 16 mars à 1h AMa.m., mais vu que le Panama a fermé ses aéroports, on ne peut plus transiter, et notre vol a donc été annulé.
    Un agent à l’aéroport a essayé de trouver un vol par la Colombie, mais celle-ci ne reçoit plus de transit, seuls les natifs sont éligibles.
    Hier encore nous étions six et l’un d’entre nous est parti dans le vol de 1h du matin à destination de la Turquie, puis des États- Unis avant d’aboutir  en Haïti ou en République dominicaine.
     Il y avait des places dans l’avion mais nous n’avons pas de visa américain et ne pouvons même pas transiter aux Etats-Unis. Voilà pourquoi nous sommes cinq à rester sur  une délégation de neuf etudiants haïtiens en médecine », a rapporté l’un d’entre eux.

    Ils n’ont aucune ressource financière pour rester au Rwanda durant 30 jours, voire plus si la situation du Covid-19 à travers le monde reste inchangée.

    Depuis, ils lancent des SOS à tout-va au gouvernement haïtien en vue de trouver un moyen de les rapatrier ou d’apporter tout autre soutien qui puisse les aider à trouver un dénouement à cette situation. 

    Les cinq étudiants bloqués  viennent de  l’Université Notre-Dame d’Haïti, l’Université Lumière, la Faculté de médecine de l’UEH et de l’Université Quisqueya.

    Claudy Junior Pierre, le Nouvelliste.

    Continue reading →
    Depuis la déclaration de l’OMS faisant du Covid-19 une menace sanitaire mondiale, des décisions ont été prises dans beaucoup de pays pour empêcher l’introduction ou l’augmentation des cas de Coronavirus. Ce dimanche 15 mars, c’était le tour du gouvernement haïtien d’annoncer que tous les vols en provenance de l’Europe, du Canada et de l’Amérique latine ...
  • L’UEH et le MENFP signent un protocole d’accord pour une …, Education, RUMEURS D'HAITI

    C’est une nouvelle étape qui vient d’être franchie dans les relations entre le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle et l’Université d’État d’Haïti. Le ministre Pierre Josué Agénor Cadet et le recteur de l’UEH, Fritz Deshommes ont signé, lundi 3 février 2020, un protocole d’accord initiant une coopération technique et scientifique devant inclure la formation, la recherche et le partage de ressources éducatives entre les deux institutions.

    La cérémonie s’est déroulée en présence des vice-recteurs aux affaires académiques et à la recherche de l’UEH, Hérold Toussaint et Jacques Blaise, du titulaire de la Direction de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Paul Yves Fausner, et d’autres cadres du ministère de l’Éducation nationale. Ce  protocole est le fruit de plusieurs échanges entre les responsables du MENFP et de l’UEH.

    Le ministre Pierre Josué Agénor Cadet se réjouit de la signature de ce protocole qui devra accoucher des projets éducatifs  qui nécessiteront le partage d’expériences entre les deux institutions. Pour le numéro un du MENFP, il s’agit d’une  avancée majeure dans le cadre du partage des savoirs, des compétences et des ressources entre des institutions publiques au bénéfice de la jeunesse et de la collectivité en général.  « Ce partenariat stratégique permet d’inaugurer de nouvelles opportunités pour le ministère et l’UEH, notamment pour les étudiants qui vont pouvoir bénéficier de stages académiques ainsi que des lauréats du bac qui auront maintenant un accès direct à l’UEH sans passer par les concours d’entrée », fait savoir le ministre. 

    Pierre Josué Agénor Cadet dit réaffirmer sa disponibilité et celle du ministère de continuer à œuvrer avec l’UEH en vue de rechercher, d’une part, les solutions aux problèmes affectant le monde de l’éducation et de trouver, d’autre part, des réponses durables aux problèmes de la société haïtienne.

    Pour sa part le recteur de l’UEH, Fritz Deshommes, estime que la signature de ce protocole d’accord traduit la reconnaissance et l’intégration de ce qu’il appelle un maillon trop longtemps oublié du projet de réforme éducative, l’enseignement supérieur, à travers son représentant le plus naturel qu’est l’Université d’État d’Haïti.

    Le recteur Deshommes indique plus loin que cette collaboration permettra d’harmoniser les profils de sortie du secondaire avec ceux d’entrée à l’UEH de telle sorte que les étudiants qui arrivent soient plus aptes à accéder à l’enseignement supérieur et que les taux d’échec soient réduits tant au secondaire qu’au niveau supérieur. Le numéro un de l’UEH estime que cela va déterminer les besoins et les nécessités du MENFP et d’ajuster les programmes et produits de l’institution en conséquence. Ce partenariat favorisera l’identification des compétences, les expertises et les potentialités de l’UEH afin de les mettre au service du ministère, mais aussi, ajoute-t-il, de mieux connaitre les ressources dudit ministère et de contribuer à leur meilleure valorisation.  

    En substance, le protocole d’accord prend en compte la formation initiale et continue pour des enseignants à tous les niveaux, les stages pratiques pour les étudiants de l’UEH, la conception, l’élaboration et la mise en place de programmes et de projets de recherche en lien avec les commandes du ministère, l’évaluation et l’élaboration du matériel pédagogique et didactique et le renforcement des capacités nationales en matière de planification et de pilote de l’éducation. Il constitue, pour le professeur Adler Camilus, membre du cabinet du ministre Cadet, « une formidable opportunité qui peut renforcer la relation entre le développement du savoir, du capital et la capacité de l’État à mieux définir et mettre en œuvre sa politique publique sectorielle ».  

    Pour l’instant, les deux institutions prennent des mesures afin de finaliser les prochaines étapes de la mise en œuvre dudit accord.  Le comité de suivi  et évaluation sera composé de trois membres du ministère de l’Éducation nationale et trois autres du rectorat de l’UEH.  

    Rappelons que le 17 mai 2018, l’État haïtien et l’UEH avait paraphé un protocole d’entente prévoyant le rapprochement de cette institution de formation et de production de savoirs avec les ministères pour une meilleure synergie entre les institutions publiques et l’utilisation des ressources de l’Etat.  En ce sens, le recteur Deshommes dit renouveler la disponibilité et la volonté de l’UEH d’établir des partenariats, précise-t-il, aussi avisés et mutuellement avantageux que celui signé avec le MENFP.

    Worlgenson Noël source le Nouvelliste

    Continue reading →
    C’est une nouvelle étape qui vient d’être franchie dans les relations entre le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle et l’Université d’État d’Haïti. Le ministre Pierre Josué Agénor Cadet et le recteur de l’UEH, Fritz Deshommes ont signé, lundi 3 février 2020, un protocole d’accord initiant une coopération technique et scientifique ...
  • Bourses d’Etudes 2020 offertes par Taiwan ICDF, Education, RUMEURS D'HAITI

    L’Ambassade de Taïwan (République de Chine) en Haïti, informe que des bourses d’études intitulées « 2020 ICDF International Higher Education Scholarship Programs » sont offertes par Taiwan ICDF, aux étudiants haïtiens ayant un bon niveau d’anglais, désireux de poursuivre leurs études dans des programmes de licence, de maîtrise et de doctorat à Taïwan.

    Par ailleurs, le Bureau du Secrétaire d’État à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH), encourage les jeunes handicapés ayant le profil requis à participer au concours organisé pour déterminer les boursiers afin de saisir cette nouvelle opportunité.

    Pour plus d’informations visitez le site de l’Ambassade de Taïwan : www.taiwanembassy.org/ht_fr/post/1928.html

    Inscription en ligne sur : www.icdf.org.tw/ct.asp?xItem=12505&CtNode=30491&mp=2

    Date limite inscription 1er mars 2020

    HL/ HaïtiLibre

    Continue reading →
    L’Ambassade de Taïwan (République de Chine) en Haïti, informe que des bourses d’études intitulées « 2020 ICDF International Higher Education Scholarship Programs » sont offertes par Taiwan ICDF, aux étudiants haïtiens ayant un bon niveau d’anglais, désireux de poursuivre leurs études dans des programmes de licence, de maîtrise et de doctorat à Taïwan. Par ailleurs, le Bureau du ...
  • L’opposition modifie ses positions : Youri et André …, Education, RUMEURS D'HAITI

    Des leaders de l’opposition radicale se prononcent en faveur de la reprise des activités scolaires. Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, le porte-parole de l’opposition radicale, Maître André Michel a annoncé un changement de stratégie: plus de manifestations les jours de semaine.

    Sur Twitter, le sénateur Youri Latortue a invité les écoliers des Gonaïves, sa ville natale où les forces de l’opposition viennent d’empêcher au président Jovenel Moïse de se rendre pour célébrer la fête de l’indépendance, à se rendre à l’école. « Gonaiviennes, Gonaiviens, Je suis fier de votre courage. Le 6 janvier nos enfants iront à l’ecole, cependant la mobilisation continue chaque week-end.  Bonne année de combat. Votre détermination est un exemple », a écrit le Sénateur de l’Artibonite sur Twitter.  

    Contacté par le journal en début de soirée, l’élu de l’Artibonite a indiqué qu’il souhaite que le nouveau calendrier scolaire soit respecté. Toutefois, il assure que les mobilisations contre Jovenel Moïse vont se poursuivre en week-end. 

    Sans faire d’auto critique des actions de l’opposition ces derniers mois qui ont gravement perturbé toutes les activités, particulièrement les activités scolaires, le sénateur Latortue a déclaré: « Il est important d’encourager la reprise des activités scolaires car les enfants ont passé beaucoup de temps sans se rendre à l’école. Nous n’allons pas abandonner la mobilisation. Je pense qu’à certain moment l’école aussi pourrait participer dans la mobilisation. Pour le moment il faut respecter le calendrier scolaire et maintenir la mobilisation en week-end », a fait savoir Latortue. Questionné sur ce soudain intérêt de l’opposition pour l’école, le sénateur Latortue a indiqué qu’il n’y a pas d’autres choix. « Il y avait une mobilisation à outrance. Parce que nous n’étions pas d’accord avec la gouvernance de Jovenel Moïse. Cependant, le fait que la mobilisation ait duré et la population nous demande cela (la reprise des activités scolaires), nous n’avons pas d’autres choix. En dépit de cette accalmie, la population exige toujours le départ de Jovenel Moïse », a fait savoir Latortue. 

    D’un autre côté, le fer de lance de l’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti, André Michel, a fait une déclaration similaire qu’il a largement partagée sur la messagerie WhatsApp. « Il faut que les enfants du peuple reprennent le chemin de l’école le 7 janvier prochain sur tout le territoire national. Nous ne voulons pas qu’ils ratent l’année scolaire. Il faut que l’Etat prenne des dispositions pour garantir la sécurité, payer les professeurs, et d’autres dispositions pour la ré-ouverture des classes. Les lycées, les écoles nationales, les collèges, tous les établissements scolaires, doivent rouvrir leurs portes. On ne va pas permettre à Jovenel Moïse de faire en sorte que les écoliers ratent l’année scolaire. Les manifestations pour forcer le départ de Jovenel Moïse vont s’organiser les vendredi, samedi et dimanche, et aussi au cours de la nuit », a-t-il déclaré.

    Ces deux déclarations survenues au début de l’année 2020 font suite au premier discours de l’année du président Moïse. Grande première de sa présidence le chef de l’Etat a reconnu s’être trompé sur certains points particulièrement en ce qui concerne sa promesse de donner de l’électricité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sur toute l’étendue du territoire. 2019 était le délai imparti et on est loin de la réalisation de la promesse. 

    L’opposition vient-elle aussi de se rendre compte qu’elle s’était trompée dans certains de ces choix de luttes ?

    Jean Daniel Senat Source Le Nouvelliste

    Continue reading →
    Des leaders de l’opposition radicale se prononcent en faveur de la reprise des activités scolaires. Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, le porte-parole de l’opposition radicale, Maître André Michel a annoncé un changement de stratégie: plus de manifestations les jours de semaine. Sur Twitter, le sénateur Youri Latortue a invité les écoliers ...
  • Coopération Scientifique et Universitaire : Espagne et Haïti, Education, RUMEURS D'HAITI

    Les rencontres entre l’Ambassade de la République d’Haïti près le Royaume d’Espagne et les universités espagnoles se multiplient, les bonnes nouvelles aussi. Dans deux semaines, une dizaine d’étudiants de l’Université d’État d’Haiti (UEH) arrive en Espagne comme boursiers dans le cadre du programme Erasmus plus.

    Ces étudiant ont été choisis sur une base méritocratique par leurs doyens ou vice-doyens aux affaires académiques respectifs. L’ambassade remercie le rectorat de l’UEH, le doyen de la FLA, le vice-doyen aux affaires académiques de l’INAGHEI, le directeur du CTPEA pour leur collaboration à la réalisation de ce projet. 

    L’Ambassade de la République d’Haïti près le Royaume d’Espagne réitère sa détermination à travailler avec les institutions espagnoles et haïtiennes pour renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine scientifique et universitaire.

    Continue reading →
    Les rencontres entre l’Ambassade de la République d’Haïti près le Royaume d’Espagne et les universités espagnoles se multiplient, les bonnes nouvelles aussi. Dans deux semaines, une dizaine d’étudiants de l’Université d’État d’Haiti (UEH) arrive en Espagne comme boursiers dans le cadre du programme Erasmus plus. Ces étudiant ont été choisis sur une base méritocratique ...
  • Accréditation des facultés de médecine : le MSPP…, Education, RUMEURS D'HAITI

    Dans le cadre du processus d’accréditation des institutions académiques de la santé, notamment les facultés de médecine, le ministère de la Santé publique et de la Population a présenté, ce mardi à l’hôtel Montana, un document normatif qui fait injonction à toutes les institutions de s’y mettre afin d’harmoniser la formation en Haïti.

    L’échéance pour l’accréditation de nos facultés de médecine arrive à grands pas.  En 2023 si l’on ne s’y met pas, un médecin doté d’un diplôme d’une faculté de médecine haïtienne non accréditée ne pourra pas poursuivre des études médicales aux USA et au Canada, voire travailler dans ces pays-là. En vue de standardiser la formation en sciences de la santé en Haïti, le ministère de la Santé publique et de la Population a présenté ce mardi le document qui établit « le profil des compétences des professionnels en sciences de la santé ».

    « Ce document jette les bases pour  un système de formation plus  performant et répond à de nombreux impératifs. Il représente une contribution du MSPP au processus d’accréditation des institutions académiques, notamment les facultés de médecine », a déclaré la ministre de la Santé, le Dr Marie Gréta Roy Clément, en présence des directeurs du conseil des doyens des facultés de médecine…

    En Haïti, la préoccupation est d’orienter la planification des programmes de formation. Un alignement de nos différentes institutions de formation sur un code des compétences adaptées au profil épidémiologique du pays en répondant aux exigences internationales est un objectif important, selon les autorités sanitaires. Dans la même veine, la ministre de la Santé soutient qu’il est nécessaire de disposer de professionnels dotés des compétences requises pour effectuer les tâches complexes vitales selon les meilleures pratiques, plus rapides, de façon sécuritaire, ce sans aucun risque pour les patients.

    « Une telle démarche permettra à la longue d’avoir sur le marché du travail des professionnels de niveau standard », a insisté la ministre démissionnaire, ajoutant qu’ « il  y a lieu de s’assurer que toutes les institutions de formation alimentent le  marché haïtien en professionnels de la santé compétents capables d’assurer une prise en charge adéquate des pathologies courantes.

    Selon le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, il s’agit d’une étape majeure dans la régulation du secteur de la santé et pour la professionnalisation des personnels de santé. « Ce document va permettre, en effet, de disposer d’orientations claires pour l’élaboration des stratégies de gestion des ressources humaines et pour le développement des programmes de formation ainsi que la supervision formative du professionnel en santé », a fait comprendre Pierre Josué Agénor Cadet.

    Le processus d’accréditation ne vise pas uniquement le respect des règlements internationaux, mais aussi l’établissement d’une nouvelle mission qui consiste à rétablir la confiance de la population dans une médecine capable de répondre à ses besoins.

    Edrid St JUSTE source Le Nouvelliste

    Continue reading →
    Dans le cadre du processus d’accréditation des institutions académiques de la santé, notamment les facultés de médecine, le ministère de la Santé publique et de la Population a présenté, ce mardi à l’hôtel Montana, un document normatif qui fait injonction à toutes les institutions de s’y mettre afin d’harmoniser la formation en Haïti. L’échéance ...
  • Les autorités du département du Sud annoncent …, Education, RUMEURS D'HAITI

    Le délégué départemental du Sud, Serge Chery, le DDS de l’éducation, Milord Jean Dorval, le commissaire du gouvernement a.i des Cayes, Ronald Richemond et le DDS de la PNH, Orival Jacques Joel ont annoncé conjointement la réouverture des classes dans le département du Sud pour ce lundi 11 novembre 2019.

    Cette annonce a été faite ce vendredi 8 novembre 2019 lors d’une conférence de presse dans le Complexe administratif des Cayes au bureau du délégué Serge Chery. Ce dernier plaide pour la reprise des activités scolaire. En ce sens, il dit solliciter le sens de solidarité et d’humanisme des opposants au pouvoir afin de faciliter le retour des enfants dans les salles de classe.

    Le commissaire du gouvernement informe avoir discuté avec les autorités de la direction départementale du Sud de la police nationale d’Haïti (PNH) en vue de garantir un climat sécuritaire propice à cette réouverture des classes pour lundi 11 novembre prochain. Mr. Richemond a aussi mentionné que des juges seront sur les lieux pour constater la réouverture ou pas des écoles dans la 3ème ville du pays.

    « Un important effectif de policiers sera mobilisé, des patrouilles fixes seront disposées dans des zones stratégiques pour renforcer la sécurité des élèves, parents, directeurs, professeurs et établissements scolaires», a confirmé le DDS de la PNH, Orival Jean Orel. De son côté, le DDS MENFP, Milord Jean Dorval invite les professeurs à regagner les salles de classes.

    À suivre…

    Source Medianou

    Continue reading →
    Le délégué départemental du Sud, Serge Chery, le DDS de l’éducation, Milord Jean Dorval, le commissaire du gouvernement a.i des Cayes, Ronald Richemond et le DDS de la PNH, Orival Jacques Joel ont annoncé conjointement la réouverture des classes dans le département du Sud pour ce lundi 11 novembre 2019. Cette annonce a été faite ce ...