Coin des Artistes

  • Autobiographie de Mirlande Manigat Autobiographie de Mirlande Manigat

    Mirlande Manigat :
    Je suis née à Miragoâne, un dimanche, le 3 novembre 1940. Je suis une femme politique, candidate à la Présidence, vice rectrice de l’Université Quisqueya, secrétaire générale et membre fondateur du RDNP. Je suis une personne très compétente sur le plan politique ayant accumulé plusieurs expériences et connaissances de la vie. Je travaille intelligemment pour le développement et l’avancement de mon pays. Je lutte contre les injustices sociales de tous ordres qui accablent notre pays. Mon expérience me met à l’abri des vanités, des ambitions surtout la richesse et la gloire.

    Plans et Idées Concernant Mon Pays :
    Je suis une femme politique, candidate à la Présidence, j’ai donc des idées concernant mon pays.Tout d’abord, une conscience de ces inégalités sociales qui créent des frustrations. Je suis particulièrement préoccupée par les jeunes qui, après leurs études scolaires sont désœuvrés et deviennent une proie facile pour toutes sortes de tentations. Notre jeunesse est en train de se gaspiller et l’État ne fait rien. Tout est prioritaire si l’on pense au développement durable que mérite notre pays, mais je retiens en particulier l’éducation qui comprend la scolarisation des enfants à partir de 6 ans et l’alphabétisation qui est une réparation sociale.

    Le pays peut se développer mais il faut pour assurer sa rédemption, la combinaison de trois facteurs : l’arrivée au pouvoir d’une équipe compétente et honnête; l’élaboration d’un plan lucide de développement par étapes en établissant les objectifs et les moyens sûrs de les réaliser; la recherche de l’assistance internationale non par le biais humanitaire qui guérit les malheurs immédiats et est donc bienvenue, mais un changement radical d’attitudes de la part de gouvernants incapables et corrompus; enfin, la collaboration de nos compatriotes vivant à l’étranger et qui demeurent fidèles au RDNP.

    A ce sujet, j’ai répété et écrit je ne sais combien de fois que le malade Haïti avait besoin de soins intensifs et que nous devrions faire appel à nos “médecins” de l’extérieur. J’ai dit et écrit que nous voulons la suppression de l’Article 15 de la Constitution qui interdit la double nationalité. Je fais campagne pour qu’on la reformule en termes plus positifs.

    Pour moi, il ne fait aucun doute que nous avons besoin de la collaboration de nos compatriotes de l’étranger qui peuvent nous apporter leur jeunesse et la modernité de leur formation, des moyens économiques, des contacts et aussi une fougue pour venir servir leur pays. Il faut leur en donner l’occasion. Il faut que nos compatriotes sachent que leur place est en Haïti s’ils le peuvent, mais leur engagement doit être envers Haïti.

    J’ai l’idée d’entrer en contact avec les associations d’Haïtiens qui vivent à l’étranger pour établir un répertoire des compétences haïtiennes et aussi une “bourse d’idées” simples à réaliser dans le pays, particulièrement en province, avec des jeunes pleins de talents; J’ai beaucoup de considération pour les Associations originaires de… que l’on retrouve en Amérique du Nord et je crois que, par leur biais, il est possible de mobiliser les bonnes volontés. En tout cas, les deux Haïtis, celle de l’intérieur et celle de l’extérieur doivent se donner la main.

    Carrière :
    Je l’ai menée en France, à Trinidad, au Venezuela et en Haïti.
    Au cours de ma carrière, j’ai participé à une quarantaine de conférences, colloques, séminaires. J’ai d’abord publié des livres sur les Relations Internationales (ONU, le Tiers Monde, etc;).
    Depuis mon retour en Haïti, j’ai surtout travaillé sur les questions constitutionnelles. J’ai publié 5 ouvrages :

    • Plaidoyer pour une nouvelle Constitution, 1995. (Ce livre est maintenant épuisé et il est en cours de réimpression)
    • Traité de Droit Constitutionnel Haïtien, 2 Volumes, 2000
    • Être femme en Haïti, hier et aujourd’hui. Le regard des Constitutions, des Lois et de la société. 2002
    • Manuel de Droit Constitutionnel, 2004
    • Entre les normes et les réalités. Le Parlement haïtien (1806-2006), 2006.

    Famille :
    Je suis mariée depuis 39 ans avec Leslie Manigat et nous formons un ménage heureux; on n’a jamais eu de rupture ni de scène; on se respecte, on se comprend et nous sommes tolérants l’un envers l’autre. Nous avons adopté une règle de vie depuis longtemps : on ne s’endort jamais fâchés.

    J’ai une fille et je suis une heureuse grand-mère de trois petits enfants : Jahéna (16 ans), Ayinde (11 ans) et Leslie (6 ans). je les adore, mais malheureusement ils vivent loin de moi, au Togo en Afrique. Je les gate mais je ne tolère pas les caprices et la mauvaise éducation. Heureusement leur mère est assez sévère, aussi, je n’ai pas à intervenir moi-même.

    Je suis une matinale. Je m’endors vers 9h et je me réveille à 4h du matin : c’est un moment que j’aime, le lever du jour, et j’aime travailler à cette heure. C’est le contraire de mon mari qui, lui, commence à travailler vers 10h du soir. Mais, rassurez-vous, on se rencontre quand même !

    Religion et État :
    Je suis catholique. Je crois en un Dieu qui nous protège et nous suit et je garde de mon éducation le sens du bien. Pour moi, il y a des choses que l’on ne doit pas faire, non par peur de l’enfer, mais comme exigence morale.

    Je respecte toutes les religions et toutes les croyances et je crois que chacun est libre de pratiquer sa propre religion. En Haïti, nous avons trois religions : la catholique, les protestantes et le vaudou. Il faut que nous les respections toutes les trois et l’État doit être neutre sur ce chapitre. C’est ma conviction que toutes les religions enseignent, chacune à sa manière qu’il faut faire le bien et non le mal, respecter les autres, ne pas tuer, ne pas voler, venir en aide à son prochain.

    Sur ce dernier point, je fais une différence entre la charité qui est individuelle et la responsabilité de l’État. Chacun doit faire un peu de bien selon ses moyens et être charitable est une vertu. Mais le rôle d’un gouvernement n’est pas de dispenser la charité, mais de lutter contre les injustices sociales de tous ordres qui accablent notre pays. C’est sa responsabilité et lorsque l’on gouverne, on doit se soucier de ceux qui n’ont rien et qui représentent la majorité du pays. J’aime dire, dans le cadre des séminaires de formation politique que le Canada, les États-Unis, la France ont des pauvres, mais ils sont une minorité et l’État leur vient en aide. En Haïti, les pauvres sont la majorité et l’État souvent les ignore.

    Qualités :
    J’ai quelques qualités que je m’efforce de conserver : je déteste le mensonge et l’hypocrisie; je ne crois pas avoir fait du mal à qui que ce soit et je m’efforce de ne pas blesser, humilier quelqu’un ni lui faire du chagrin. J’ai des défauts : impatience devant la bêtise humaine, je suis une maniaque de l’exactitude et je ne suis pas tolérante lorsqu’il est question de principes, de morale, sans toutefois vouloir imposer ma manière de voir les choses. Je ne fais pas confiance facilement; je n’oublie pas le moindre bienfait, si petit soit-il, ni non plus un tort qu’on m’aura fait, même si je ne suis pas particulièrement rancunière.

    Mirlande Manigat

    Continue reading → Mirlande Manigat :Je suis née à Miragoâne, un dimanche, le 3 novembre 1940. Je suis une femme politique, candidate à la Présidence, vice rectrice de l’Université Quisqueya, secrétaire générale et membre fondateur du RDNP. Je suis une personne très compétente sur le plan politique ayant accumulé plusieurs expériences et connaissances de la vie. Je travaille ...
  • Biographie de Yole Dérose Biographie de Yole Dérose

    Beauté, Classe, Simplicité, Féminité, Détermination. Réfléchie, sereine, généreuse et profonde, dotée d’une forte personnalité, Femme des défis, elle impose le Respect et inspire l’Amour. Voici, en très peu de mots, ce qui traduit la personnalité de cette grande femme admirée de tous qui s’est taillée une place de choix dans le cœur d’Haïti.

    Née à Port-au-Prince un 5 avril sous le signe du Feu, elle débuta dans la chanson avec la Chorale de son Eglise, passage obligé dans une famille à vocation religieuse; elle acquit ainsi les premières techniques qui lui serviront durant toute sa vie d’artiste.

    Très attirée part tout ce qui est «Art» et malgré les restrictions paternelles, elle se mettait partout et en tout… Le théâtre, le modeling, le travail de l’argile, le dessin et par-dessus tout la danse, son amour de jeunesse. Consciente de la beauté de sa voix, elle était pourtant peu branchée par le manque d’ouverture dans le milieu. C’était déjà une adolescente déterminée et rebelle qui avait la tête remplie de rêves et de grands projets, décidée à se battre pour les concrétiser en dépit de tout.

    Il a fallu sa rencontre avec un Grand Homme de la chanson haïtienne, Ansy Dérose, au Festival International la «Super Franco fête» au Canada pour la convaincre de faire carrière dans la chanson après l’avoir écoutée chanter pour s’amuser avec ses amies au lobby de l’Université Laval. Elle croyait à une plaisanterie de la part d’Ansy Dérose, son aîné d’une génération. Toutes les conditions étaient réunies… Une prime jeunesse très active et mouvementée par cette rencontre qui se solda par un mariage peu de temps après… Yole Ledan avait 20 ans et devint l’épouse du Chanteur le plus populaire de son époque et de l’Artiste le plus prolifique qu’Haïti ait produit.

    Sa grande entrée en scène eut lieu au cinquième Festival International de la Chanson et de la Voix dont le siège était à Porto Rico (octobre 1979) avec la chanson «Merci» qui émerveilla tout le public latino-américain. Cette chanson consacra le «Duo» et conféra à Ansy le titre du meilleur Auteur-compositeur et Interprète Haïtien. C’est ainsi que le rideau s’est levé sur Yole, chanteuse. Et, de retour en Haïti, un spectacle est donné au Rex Théâtre pour présenter cette nouvelle voix au Public Haïtien. Ce fut le coup de foudre et désormais, le Public ne se passera plus d’elle, ni de ce couple mythique.

    Yole et Ansy, c’est la réplique de deux voix sœurs, le symbole unique en Haïti d’un couple qui réussit sur la scène artistique aussi bien que dans la vie privée. La popularité déjà solide d’Ansy a certainement été renforcée par la voix douce et vive de sa compagne dont l’éclatante beauté est vantée à l’unanimité. Porteurs de rêves et de tendresse, les noms de ces deux artistes sont toujours évoqués avec fascination et jouissent d’un renom sans égal.

    Leur spectacle en «Hommage à la Jeunesse» eut lieu au Stade Sylvio Cator devant plus de 25.000 spectateurs.Y participèrent neuf jeunes talents des neuf Départements géographiques du pays et à cette occasion, Emeline Michel fut présentée pour la première fois au public haïtien. «Jamais de notre histoire, public aussi nombreux ne s’était déplacé juste pour la Chanson» (Ralph Boncy, mai 1985).

    Toujours fidèles au rendez-vous, entre le public et eux, c’est le Grand Amour : «Yole et Ansy». Quelques soient l’heure et le lieu, de longues et interminables files de spectateurs se forment devant les théâtres où ils se produisent tant en Haïti qu’à l’étranger, de la plus modeste à la plus prestigieuse des salles, en passant par le Carnegie Hall.

    En tant qu’Ambassadrice de la Chanson Haïtienne, Yole Dérose a mené à fond, avec son partenaire (Décédé en 1998 d’un cancer du colon) tous les combats que la musique et la parole pouvaient mener et gagner.

    Yole a œuvré aux cotés d’Ansy pendant plus de 20 ans. En Haïti, elle a participé à plus de 70 spectacles et à de nombreuses tournées nationales. Elle a performé dans les meilleurs salles de théâtre du Canada ainsi qu’aux Etats-Unis: à New-York au Carnegie Hall, au Brooklyn Academy of Music, à Boston, à Chicago, Washington D.C., Orlando… Elle a participé avec succès à plusieurs compétitions internationales, notamment à Porto-Rico et au Mexique.

    En plus de sa carrière de chanteuse, elle a mis en pratique ses études en Administration et a acquis une solide expérience en travaillant pendant 8 ans à gérer les «Ateliers Créations et Productions Ansy Dérose» qui s’occupaient de la Décoration intérieure, du travail du bois, du fer, du mélange du bois et du métal…

    Pendant 5 ans, elle fut aussi responsable de la gestion de l’ «Atelier-Ecole du CECAP», une institution philanthropique pour enfants et jeunes en situation difficile, à titre d’enseignante et coordonatrice des activités culturelles du CECAP (conférences-débats, créations artistiques, excursions et recherches culturelles pour une formation globale). Avec pour devise :

    «Formons des hommes afin qu’ils soient bien plus que des professionnels ou des manuels, mais des êtres éclairés, en cultivant leur esprit propre au-delà des simples besoins quotidiens qui enchaînent le monde dans la dimension du corporel et du mortel».

    Après «l’adieu à la scène» du célèbre couple et les événements qui s’ensuivirent, Yole, imbattable, tout en encadrant sa fille unique Ranya que la disparition de son père avait affectée, décide de réintégrer le monde artistique et culturel en mettant sur pied «Les Productions Yole Dérose». Yole croit en l’Art comme support idéal de formation, d’éducation et de rétablissement de la mémoire dans un pays aussi dévasté que le sien.

    Elle frappe son premier grand coup à Tara’s le 27 novembre 1999. Elle baptise les «Productions Yole Dérose» et présente sa Première Superproduction, «Au nom de l’Atlantide» en ces termes : «Il me souvient d’avoir, Ansy et moi, un certain soir, brûlé nos premiers costumes de scène devant un public nombreux, enthousiaste mais malheureux. C’était un 20 décembre…

    Ce geste dans sa gravite et sa solennité, symbolisait nos adieux à la scène. Mais que l’on ne s’y méprenne pas : Je n’avais point lors livré aux flammes ni mon cœur, ni mon âme, ni la musique et encore moins mon sens inné de la beauté, du rêve, de l’ineffable et du sublime…»

    Succès colossal… Une Création audacieuse, somptueuse où elle laisse exploser dans ses textes toute la profondeur de sa spiritualité et de sa maturité.

    Elle continue sur sa lancée et en dehors de ses autres activités, il faut retenir les autres Créations dont elle est l’Auteur «Femme» et plus récemment, «Haïti, Terre de feu» qui a connu un succès sans précédent et dont la dernière représentation a eu lieu le 30 décembre 2006 au Champ de Mars devant un public porte aux nues qui s’est mis debout dans une synchronisation parfaite pour saluer celle qui dans la forme et dans le fond est restée intacte dans son cœur quand elle prit le micro pour chanter «Chanson pour Haïti», cadeau trop longtemps attendu.

    Yole a assuré la coordination artistique de la soirée de la Conférence Mondiale des Maires au Club Indigo, sur la Côte des Arcadins en mars 2006, ainsi que la Soirée des Parlementaires à Tara’s en décembre 2006. Elle coordonne aussi certaines activités culturelles au Parc Historique de la Canne à Sucre en partenariat avec la Fondation Françoise Canez Auguste.

    Elle marque l’année 2007 par sa présence au sein du jury d’un concours radio télévisé en Haïti, Digicel Stars, qui va à la découverte de jeunes chanteurs talentueux ; depuis le mois de mars 2008, elle est de nouveau l’un des trois juges de cette émission à succès.

    Le 8 mars 2008, au cours du 16ième Gala Annuel «Spirit of Justice» organisé en Floride par l’association «FANM / Haitian Women of Miami Inc.», une plaque d’honneur a été offerte à Yole afin de la féliciter pour son apport à la culture et à l’art et, en particulier, pour la réalisation du spectacle «Haïti, Terre de feu» qualifié de meilleur travail historique jamais accompli sur Haiti et de chef d’oeuvre fabuleux.

    Le 17 mai 2008, au Parc Historique de la Canne à Sucre, à l’occasion de la fête du drapeau haïtien, elle organise pour le public la projection sur grand écran de son œuvre à succès «Haïti, Terre de feu», dont le DVD avait été édité et présenté à Tara’s le 22 décembre 2007.

    A la fin de l’année 2008, dix ans après son Passage, elle rend hommage à Ansy Dérose en exposant une partie de l’œuvre picturale de cet Artiste les 27, 28 et 29 novembre à la Salle Tancrède Auguste du Parc Historique de la Canne à Sucre, tout en publiant un livret consacré à sa vie et à son œuvre.

    Le 29 novembre 2008, en même temps que la sortie du coffret souvenir «Ansy Dérose, Immortel…» comportant 4 cds et plus de 65 chansons à succès, Yole organise une spectaculaire soirée au Parc Historique de la Canne à Sucre au cours de laquelle Musiciens, Chanteurs, Diseurs, Danseurs, Chorégraphes, Stylistes d’Haïti… ont été réunis sur le même plateau pour célébrer l’Homme exceptionnel que fut Ansy Dérose, dix ans après son passage.

    Evénement extrêmement rare, en Haïti : ce spectacle riche en couleurs et en talents a été joué à guichets fermés car tous les espaces du Parc avaient été investis par un public avide de revivre la mémoire d’Ansy et surtout déterminé à ne pas rater un spectacle des Productions Yole Dérose dont le sigle est incontestablement synonyme d’excellence.

    La renommée et la popularité dont bénéficie Yole Dérose vont au delà des frontières d’Haïti. Pour preuve, sa participation, le 13 décembre 2008 à la deuxième édition «Art et Culture», soirée culturelle organisée en Floride au BCC North Campus Auditorium au cours de laquelle l’éloge de notre Artiste a été fait en ces termes : «Quand Emeline Michel nous a introduit à Yole Dérose des «Productions Yole Dérose», nous nous sommes trouvés face à une femme méticuleuse, sensible aux moindres détails quand il s’agit de la production artistique.

    Sa dernière grande production «Haïti, Terre de feu» nous a tout simplement fascinés… Le 29 novembre 2008, elle a organisé un spectacle merveilleux en hommage à Ansy. C’est tout un plaisir de travailler avec une femme qui a tant de respect pour la qualité et le travail bien fait». A l’occasion de cette soirée de gala, Yole a joué le rôle de Maître de Cérémonie.

    Le 10 janvier 2009, au Parc Historique de la Canne à Sucre, au cours d’une soirée organisée par la Fondation Françoise Canez Auguste et le magasine «Vues d’Haïti», Yole Dérose reçoit le titre de Trésor National Vivant en même temps que l’historien Georges Corvington et l’écrivain Odette Roy Fombrun. Cette distinction est décernée chaque année à des personnalités qui méritent de servir de modèle à la société de par leur parcours et leur mode de vie. 

    Pour la troisième édition de Digicel Stars, en avril 2009, Yole s’embarque à nouveau, avec les deux autres juges Clément Bélizaire et Jacques Bourjolly, dans la caravane de la découverte des nouvelles stars de la chanson haïtienne pour une nouvelle aventure exaltante.

    Le 16 mai 2009, lors de la cérémonie d’ouverture du 26e Mémorial Sida à la Chandelle à Milot, Yole Dérose a conçu et réalisé un magnifique et somptueux spectacle alliant la chanson, la danse et la mode de l’époque impériale à une mise en scène fabuleuse soutenue par des textes forts reliant notre passé de peuple à notre réalité d’aujourd’hui. Cette présentation, qui a su provoquer la mobilisation et l’enthousiasme dans le Nord d’Haïti, a enchanté le public tout entier.

    Le 28 juin 2009, à l’occasion de la célébration du « 5 Continents Annual Awards Ceremony » orchestrée par Rolande et Serge Napoléon, qui s’est tenue au Howard Gilman Opera House (Brooklyn Academy of Music) de New-York, un hommage spécial a été rendu à Yole Dérose, icône admirée dans le monde de l’art du spectacle, pour son talent et son apport à la culture. Elle a même été couronnée. 

    Yole semble avoir définitivement tourné le dos aux feux de la rampe pour se consacrer à la création et l’organisation d’événements artistiques et culturels majeurs, parmi lesquels:
    La Soirée Culturelle AIMER HAITI, le 22 octobre 2009, au Parc Historique de la Canne à Sucre; La Soirée pour les Gouverneurs de Banques Centrales de la CARICOM à Tara’s, le 30 octobre 2009; La Célébration de la Noel à l’Hôtel Karibe, le 23 décembre 2009; Les Nuits Féériques à La Colline Enchantée, Marigot, dans le Sud-est d’Haïti les 30 décembre 2009 et 2 janvier 2010.

    Malgré les difficultés qui ont fait suite au séisme du 12 janvier 2010 en Haïti, après avoir pris un temps de recul, Yole, plus battante que jamais, revient en force dans l’actualité culturelle avec sa dernière création «Haïti Cœur de Femme».

    La Grande Première de ce Gala-spectacle mettant en valeur de jeunes talents féminins, des Femmes-fleurs, est présentée au public le 10 décembre 2011, avec deux reprises les 15 janvier et 26 mai 2012. C’est un nouveau concept tout à fait inédit grâce auquel la relève de la chanson haïtienne au féminin devrait être définitivement assurée.

    Désormais, Yole Dérose demeure une référence reconnue et une inspiratrice revendiquée.

    http://www.lesproductionsyd.com/equipe_yd.html

    Continue reading → Beauté, Classe, Simplicité, Féminité, Détermination. Réfléchie, sereine, généreuse et profonde, dotée d’une forte personnalité, Femme des défis, elle impose le Respect et inspire l’Amour. Voici, en très peu de mots, ce qui traduit la personnalité de cette grande femme admirée de tous qui s’est taillée une place de choix dans le ...
  • BIOGRAPHIE DE EMELINE MICHEL BIOGRAPHIE DE EMELINE MICHEL

    La chanteuse, auteure-compositrice-interprète et interprète Emeline Michel est internationalement acclamé pour la fusion de la pop, jazz, blues, et
    rythmes haïtiens traditionnels pour créer profondément émouvant et
    musique joyeuse, livré avec un spectacle charismatique en direct. un
    maître animateur, Michel a partagé son message avec le public à travers l’Europe et les Amériques depuis plus de 20 ans, y compris les apparitions à New York’s Carnegie Hall, The United Nations, Ontario’s Festival Luminato, Festival international de jazz de Montréal, New Orleans Jazz Fest, Dix jours de Tasmanie l’île, le Festival international des arts de Harare au Zimbabwe,
    et sur l’espoir de MTV pour Haïti maintenant: un avantage mondial pour
    Collecte de fonds pour le tremblement de terre.


    Salué par le New York Times comme un “diplomate de la musique”
    et “l’ambassadeur de danse avec une voix sereine et
    chaud comme la brise», Michel a commencé à chanter avec la chorale gospel église des Gonaïves, Haïti. Elle a ensuite étudié au Detroit
    Jazz Center et est retourné en Haïti, où sa carrière s’est épanouie.

    Maintenant basée à New York, elle dirige son propre production, Production Cheval de Feu, et est actuellement en tournée à l’appui de son tant attendu 10e albumQuintessence. Un remarquable mélange d’esprit
    chansons, l’album capture la révérence et la gratitude pour le moment et met en valeur la voix virtuose de Michel, chantant en créole, Français et en anglais, avec guitares cueillies au doigt, des chœurs soul, une chorale, percussions haïtiennes, cordes luxuriantes, trompette ludique et les lignes d’accordéon.

    La « reine de la chanson créole » célèbre ses 30 ans de carrière internationale, passés sur les scènes d’Europe, du Canada, des Etats-Unis, d’Afrique et des Caraïbes. Sa musique joyeuse fusionne la pop, le jazz, le blues et les rythmes traditionnels haïtiens. Révélée en 1987 avec son premier album ”Douvanjou ka leve” (Que le soleil se lève), Emeline a présenté, depuis, une dizaine d’enregistrements et crée sa propre maison de production « Cheval de feu » à New-York. Femme engagée, elle est ambassadrice auprès de la Croix Rouge, s’investit auprès des Nations Unies pour combattre les violences faîtes aux femmes et participe à des concerts caritatifs en faveur de son île, Haïti. « Une voix chaude et sereine comme la brise », The New-York Times

    http://www.emeline-michel.com/biography


    Continue reading → La chanteuse, auteure-compositrice-interprète et interprète Emeline Michel est internationalement acclamé pour la fusion de la pop, jazz, blues, et rythmes haïtiens traditionnels pour créer profondément émouvant et musique joyeuse, livré avec un spectacle charismatique en direct. un maître animateur, Michel a partagé son message avec le public à travers l’Europe et les Amériques depuis plus ...
  • Biographie de Rutshelle Guillaume Biographie de Rutshelle Guillaume

    Elle est née le 28 juillet 1989 à Port-au-Prince Haiti, fille unique d’ un pasteur originaire des Cayes et sa mère de l’Anse à Veau. Elle est auteur-compositeur-interprète et agent de protocole, attaché au Kiosque du Ministère des Haïtiens vivant à l’Etranger (MHAVE) à l’Aéroport international TOUSSAINT LOUVERTURE.

    Rutshelle Guillaume a grandit dans un cercle religieux et fait ses débuts en musique à l’âge de 5 ans à l’église de Dieu de Boulard dirigé par le Pasteur Louis Destinval. A l’âge de 11 ans, elle commence à chanter dans la chorale *Cosmic Peace Mass Choir*, en 2007 toujours avec cette même enthousiasme elle s’ intègre au sein du groupe “REL”, une formation musicale composée pour la plupart de jeunes musiciens de l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS). A part la musique, elle a fait aussi des études en philosophie à l’ Ecole Normale Superieur de l’Université d’ Etat d’haïti (ENS). Les études étant terminées, elle complète actuellement ses recherches en vue d’obtenir son diplôme de licence en philosophie, elle etait professeure de grammaire et de philosophie au Nouveau Collège Bird.

    Trajectoire musical

    C’est entre ses coopérations avec d’autres artistes comme Doc Filah « Trèv pou amoni », une chanson de son album « Akrilik sou twal rezon » – Eunide Edouarin dit (Eud), Aristor Oberson dit ( Dead Crazy) : « Fòk mwen fete », une chanson de leur album “ Limyè wouj” – Jean Bernard Félicien dit (Ouragan) et Valkency Décembre dit (K-libr): “ yon lide”, une chanson de leur album « Knock Out » pour ne citer que cela… que la chance lui sourit spécialement grâce à un duo réalisé avec le fameux chanteur BIC Roosevelt Saillant intitulé * mèsi ti chéri doudou * qui lui permettra de faire entendre sa voix.

    En 2012, elle rejoint l’équipe des production Yole Derose pour le projet « Haïti cœur de femme »Du coup, elle prend élan en 2014 avec son premier album titré: *Emotions* avec la participation de nombreux artistes parmi lesquelles James Germain, Emeline Michel, Stevenson Théodore, BIC et Fabrice Rouzier qui a produit son premier tube KITEM’ KRIYE et qui est vidéoclipé. Rutshelle triomphe avrec sa voix et s’ impose sur la scène haïtienne. De nouvelles oportunités s’offrent encore à elle, elle chante en duo avec le rappeur Fantom “Mwen Bliye Kiyès mwen ye” sur le second album de Fantom, “Pouki w pat konprann mwen”(2014) et “Depi le w pa la”(2015) deux hits videoclipés. Elle fera la une partout et continuera sa route vers l’avant.

    En 2013, s’elargit son horizon internationalement, elle intègre le projet musical « Vwalye », soutenue par l’Union Européenne ayant pour but de faire connaitre les artistes en vogue. Cette même année, Rutshelle participe au Festival Compas de Miami où elle chante en solo mais également auprès de la diva Emeline Michele. Elle accompagne également son collaborateur BIC sur scène au festival Nuit d’Afrique de Montréal. En 2017,elle sort son tout dernier album * Rebelle* avec 11 titres dans laquelle le super clip (rendez vous au sommet).

    Vie Sentimentale

    Côté personnel, à travers la musique elle rencontre son époux, M. Walner O. Registre (Doc wor) band leader du groupe REL dont elle faisait partie et qui est le père de sa petite fille adorée (Ruth-Warly O. Registre). Quelques temps après elle fait la buzz avec son nouvel amoureux Roody Roodboy avec qui elle chante un duo videoclipé *Special*, la relation tourne mal et selon les rumeurs à cause d’ infidélité. En 2016, la chanteuse tombe sur les charmes de Stephan Vincent et vivent leur courte idylle. Malgré ses défaites en amour, Rutshelle Guillaume nomineé Top Female Singer liste parmi les voix féminines les plus écoutées et les plus charmantes en Haiti.

    By Lex509

    509zone.com

    Continue reading → Elle est née le 28 juillet 1989 à Port-au-Prince Haiti, fille unique d’ un pasteur originaire des Cayes et sa mère de l’Anse à Veau. Elle est auteur-compositeur-interprète et agent de protocole, attaché au Kiosque du Ministère des Haïtiens vivant à l’Etranger (MHAVE) à l’Aéroport international TOUSSAINT LOUVERTURE. Rutshelle Guillaume a grandit dans un cercle religieux ...