Assassinat de Jovenel Moïse : Martine Moïse auditionnée

Assassinat de Jovenel Moïse : Martine Moïse auditionnée

Protégée par une forte escorte policière et ses gardes du corps étrangers, l’ex-première dame Martine Moïse s’est rendue au cabinet du juge Garry Orélien pour être auditionnée dans le cadre de l’instruction sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, au palais de justice, mercredi 6 octobre 2021. « Aujourd’hui, 6 octobre, j’étais au cabinet d’instruction pour répondre aux questions du juge afin de voir comment l’enquête sur la mort du président Jovenel Moïse peut avancer. J’ai répondu à toutes les questions- un peu moins de 80 questions pendant trois à quatre heures d’horloge », a confié l’ex-première dame à des journalistes.

La veuve de l’ex-président Moïse a annoncé s’être constituée partie civile. « Je suis obligée de me porter partie civile parce que je veux que l’enquête avance et aboutisse », a-t-elle soutenu. « J’encourage tous ceux qui ont des questions à répondre, tous ceux qui ont des informations… à participer à l’enquête svp pour voir comment avancer et comment trouver les auteurs de l’acte. Si quelqu’un a une information concernant une personne qui fait l’objet d’un mandat d’amener, d’un avis de recherche, partagez-la », a appelé Martine Moïse.

« Tout ce que nous voulons, tout ce que nous attendons, c’est que justice soit rendue. Tout le monde dit que dans notre pays on n’obtient pas justice. Même si l’on dit tout ça, c’est ici qu’il faut commencer et qu’il faut continuer à demander justice », a rétorqué Martine Moïse, assurant qu’elle n’aura de cesse qu’on ne rende justice à Jovenel Moïse, son époux depuis 25 ans. Pour le moment, a confié Martine Moïse, elle ne peut pas dire si l’enquête est sur la bonne voie. Elle vient de commencer, a-t-elle indiqué.   

Partisans et opposants au palais de justice 

Martine Moïse a reçu le support d’anciens collaborateurs et alliés du régime, présents au palais de justice, dont l’ex-ministre des TPTC Nader Joiséus, l’ex-sénateur du Nord Nahoom Marcellus, l’ex-DG du SMCRS Magalie Habitant et une poignée de militants. Au son de percussions d’un rara, ces quelques partisans de Moïse, vêtus de t-shirt estampillés « Justice pour le président Jovenel Moïse », ont accusé le Premier ministre Ariel Henry d’avoir tué Jovenel Moïse. «  Ariel tiye Jovenel pou l ka gen pouvwa », ont-ils chanté.   

Au moins deux militants réclamant justice pour l’ancien bâtonnier Monferrier Dorval et l’arrestation de Martine Moïse ont été tabassés par des individus venus soutenir l’ex-première dame. 

Le Premier ministre Ariel Henry dans le collimateur de Me Renan Hédouville

Le protecteur du citoyen et de la citoyenne, Me Renan Hédouville, en conférence de presse ce mercredi, a, une nouvelle fois accusé le Premier ministre Henry d’être un « obstacle » à l’effort pour que justice soit rendue à Jovenel Moïse. « L’un des obstacles majeurs est le Premier ministre de fait, le Dr Ariel Henry », a affirmé Me Hédouville, qui soutient que « l’enquête est de plus en plus fragilisée ».

«  La communauté internationale ne doit pas se faire complice d’Ariel Henry. Tôt ou tard, la vérité triomphera », a dit Me Hédouville, réitérant son appel à l’envoi d’une commission d’enquête spéciale de l’ONU pour appuyer le juge d’instruction Garry Orélien. Si dans la cour du palais de justice, l’ex-première dame comptait des soutiens, des militants de l’ex-opposition ont exigé son arrestation en lien à l’assassinat du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval. En interview l’an passé à radio télé Métropole, Jovenel Moïse avait affirmé que sa femme, Martine Moïse, avait reçu la vidéo  sur son téléphone deux minutes après les faits.       

Dossiers Dermalog et Dorval: Martine Moïse prête à répondre à toutes les questions

La première dame, interrogée par des journalistes sur le dossier Dermalog et sur l’assassinat de Me Dorval, a indiqué être disposée à répondre aux questions sur n’importe quel dossier. « Quel que soit le dossier. Qu’est-ce que j’ai à me reprocher? Je n’ai rien à  me reprocher. Quelle que soit la question, je viendrai les répondre pour que les enquêtes aboutissent, pour que l’on trouve les coupables », a assuré l’ex-première dame à qui l’ex-commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude n’avait pas signé une ordonnance du juge Renord Régis pour répondre à des questions dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Me Dorval, avant l’assassinat de Jovenel Moïse .

Renord Régis a entre-temps démissionné pour dénoncer le manque de moyens et les obstacles rencontrés dans son instruction. L’ex-président Jovenel Moïse a été assassiné chez lui, le 7 juillet 2021. Les principaux responsables de sa sécurité et plusieurs dizaines de policiers sont sous les verrous ainsi que des mercenaires colombiens. La police recherche depuis trois mois plusieurs personnes, dont Joseph Félix Badio, l’ex-sénateur John Joël Joseph, la juge à la Cour de cassation Wendell Coq Thélot, Rodolphe Jaar…

Roberson Alphonse

Related posts

Leave a Reply